Les États-Unis en route pour le mariage gay

Les États-Unis en route pour le mariage gay
Les États-Unis en route pour le mariage gay
Dans cette photo : Barack Obama
Mercredi 26 juin restera une date historique pour les défenseurs du mariage homosexuel aux États-Unis. La Cour suprême américaine a invalidé le Defense of Marriage Act, une loi fédérale qui définissait le mariage comme l'union entre un homme et une femme.
A lire aussi
Ce couple lesbien fait le tour du monde pour promouvoir le mariage gay au Japon
News essentielles
Ce couple lesbien fait le tour du monde pour promouvoir...

Pour Edith Windsor, c'est une victoire de taille. Cette veuve homosexuelle de New York a enfin, à force de pugnacité et de courage, fait reconnaître ce 26 juin que son mariage était conforme à la constitution américaine. Soutenue par l'administration Obama, Edith Windsor a en effet obtenu que le Defense of Marriage Act (Doma) soit reconnu comme « anticonstitutionnel » et discriminatoire par la Cour suprême américaine. Celle-ci a en effet jugé, à cinq voix contre quatre, que cette loi fédérale en vigueur depuis 1996, qui définissait le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme constituait « une privation de l'accès à la liberté des personnes, qui est protégé par le 5e amendement. »

Une reconnaissance des unions homosexuelles

Cette invalidation du Doma constitue en effet une petite révolution pour les couples de même sexe. Alors que le mariage gay était jusqu'à présent reconnu dans 12 États américains sur 50 et dans la capitale Washington D.C., les couples mariés homosexuels ne jouissaient pas pour autant des mêmes avantages que les couples hétérosexuels. Ainsi, à la mort de sa conjointe, Edith Windsor s'était vu réclamer 363 000 dollars de droits de succession par l'État de New York car elle ne pouvait alors bénéficier du même régime fiscal que celui d'un couple hétérosexuel. Désormais, grâce à l'invalidation du Doma, couples homos et couples hétéros jouiront des mêmes avantages en matière de fiscalité, de succession ou encore de décision hospitalière.
Autre victoire, celle-ci spécifique à l'État de Californie : la Cour suprême a estimé que les plaintes de militants anti-mariage gay étaient « irrecevables ». Ces anti-mariage homosexuel demandaient la confirmation de la « Proposition 8 ». Celle-ci, entrée en vigueur après un référendum en novembre 2008, visait à interdire la légalisation des unions homosexuelles promulguées sur le sol californien et à annuler tous les mariages qui avaient jusqu'ici été conclus.

Des scènes de liesse à Washington

L'annonce de la décision de la Cour suprême a été accueillie avec joie par des partisans du mariage gay. Près d'un millier d'entre eux s'étaient réunis devant la Cour suprême, à Washington, pour célébrer l'événement. « On est en train d'adopter et on va pouvoir apporter à notre faille toute la stabilité nécessaire », a commenté pour France TV Info un expatrié français marié depuis trois ans à un Américain.
Barack Obama lui-même s'est fendu d'un tweet hier pour célébrer la décision prise par les juges de la Cour suprême. Il a également tenu à téléphoner à Edith Windsor pour la féliciter de son combat.

Cependant, tout n'est pas encore gagné pour les couples homosexuels américains. Si les décisions de la Cour suprême constituent un indéniable progrès, 37 États n'ont toujours pas reconnue légale l'union de deux personnes du même sexe.

Plus d'actu sur : Mariage gay

Taubira traitée de "guenon" : la Manif pour tous va remanier sa charte d'action
Adoption pleinière : la première famille avec deux mamans est née
La Manif pour tous en guerre contre la théorie du genre