Racisme ordinaire : ces petites phrases qui font beaucoup de mal

Racisme ordinaire : ces petites phrases qui font beaucoup de mal
Racisme ordinaire : ces petites phrases qui font beaucoup de mal
Il y a peut-être deux racismes, le maladroit et l’assumé, mais tous deux font autant de mal. La jeune photographe Kiyun Kim, 19 ans, a choisi d’aborder le problème à travers les pancartes que tiennent ses camarades de classe. Tout ça à la Fordham University du Bronx, New-York
A lire aussi


« Courtney, je ne t’ai jamais considérée comme une fille noire ». Sur ces quelques pancartes s’étalent les brimades quotidiennes que subissent ces étudiants de toutes les couleurs. Elles montrent que la maladresse, hélas, fait autant de dégâts que la haine. Quand ce n’est pas tout simplement cette dernière qui la remplace. Car dans un pays dont le propre président est noir, il est particulièrement inacceptable qu’on fasse de la couleur de peau autre chose qu’un détail esthétique. A noter que ce projet photo est un hommage à l’ « Unbreakable Project », pour lequel des victimes de viol posaient avec les mots de leurs bourreaux sur des pancartes.

En France aussi

Mais ce problème existe  aussi dans l’hexagone, où la dernière Miss France (Flora Cocquerel) s’est notamment vue reprocher de ne pas être blanche sur Twitter.  La grande classe. On pense également à la « banane » de Taubira, ou encore aux saillies de Valls sur les roms. Le plus étonnant, c’est que toute cette puanteur disparaît (comme par magie) au moment de rendre hommage à Nelson Mandela. Lequel était pourtant un militant noir à l’idéologie cryptocommuniste, partisan de la lutte armée contre l'apartheid. Ah, ce que certains ne feraient pas…pour être sur la photo.

VOIR AUSSI

Craig Cobb, ce suprémaciste blanc qui apprend en direct qu’il a des origines noires
Qui est Luc Jousse, le maire UMP de Roquebrune-sur-Argens qui veut laisser brûler les Roms ?
Akhenaton : 'La France est un pays institutionnellement raciste' - vidéo