Italie : poursuivie pour agression sexuelle après avoir embrassé un policier lors d'une manif

Italie : poursuivie pour agression sexuelle après avoir embrassé un policier lors d'une manif
Italie : poursuivie pour agression sexuelle après avoir embrassé un policier lors d'une manif
La photo a fait le tour du monde : une jeune fille embrasse un policier anti-émeute à travers son casque lors d'une manifestation en Italie. Ultra symbolique, ce baiser cause pourtant bien du tort à la jeune fille, qui est désormais poursuivie pour agression sexuelle. Le prix d'un cliché choc ?
A lire aussi
Un "bouton panique" contre les agressions sexuelles dans les hôtels américains
News essentielles
Un "bouton panique" contre les agressions sexuelles dans...

Elles sont signées par les plus grandes agences de photos (Reuters, AP, AFP), et font le tour du monde. Les photos les plus chocs de manifestations témoignent de la ténacité des contestataires contre les forces employées pour l’occasion : armes et forces humaines.

>> Visa pour l'image : le palmarès du festival international de photojournalisme <<

La dernière en date ? En novembre 2013, des milliers de personnes protestent à Suse contre la ligne de TGV Lyon – Turin, qui passerait dans la petite région alpine, en endettant au passage une bonne partie de l’Italie. Une jeune femme embrasse un policier anti-émeute, approchant ses lèvres du casque vitré du représentant des forces de l’ordre. Un symbole : l’amour et le pacifisme contre la violence et la répression.

La jeune femme accusée d'agression sexuelle

Un mois après la prise de la photo largement relayée sur les réseaux sociaux et dans la presse, Nina de Chiffre, la manifestante, est poursuivie pour « agression sexuelle et insulte à une personne représentante de la force publique ». C’est le secrétaire général du COISP, un syndicat de la police italienne, qui a décidé de porter l’affaire devant les tribunaux de Turin. « Doit-on accepter que l'on puisse faire ce genre de choses à un homme qui fait son devoir ? », a-t-il martelé, rappelant que le geste – malgré sa symbolique pacifique – était irrespectueux. Dans la presse italienne, la jeune fille admet avoir cherché la provocation : « je sais quelles sont les règles des forces de l'ordre et j'en ai joué », explique-t-elle à la Reppublica.

La polémique a un air de déjà vu : ce baiser rappelle bien évidemment celui de Marseille, échangé par deux jeunes femmes et érigé en symbole de la lutte pour le mariage homo en France. De l’amour face au chaos alentour dans une manifestation, il évoque le « baiser de Vancouver », où un couple s’enlace à terre alors que se dessine la silhouette d’un policier au premier plan.

VOIR AUSSI

Italie : Silvio Berlusconi ou la mort politique par les femmes
En Italie, un adulte sur trois vit encore chez ses parents
L'image de la femme dans l'Italie de Berlusconi