Lana del Rey n'est pas intéressée par le féminisme

 Lana del Rey n'est pas intéressée par le féminisme
Lana del Rey n'est pas intéressée par le féminisme
Dans cette photo : Lana Del Rey
Alors que ces derniers temps les divas de la pop – Beyoncé, Lilly Allen ou encore Miley Cyrus  – font de l'émancipation de la femme une stratégie de communication (ou l'inverse… ), Lana Del Rey n'en a visiblement cure. Pour la chanteuse new-yorkaise, le féminisme serait tout simplement un concept sans intérêt.
A lire aussi

« Je suis une féministe des temps modernes », dixit Beyoncé. « Je suis l’une des plus grandes féministes du monde », clame sans sourciller la sulfureuse Miley Cyrus. Aujourd’hui, il est de bon ton d'entendre les pop stars se revendiquer à tout bout de champ militantes de la lutte contre le patriarcat. Alors que ces engagements féministes suscitent l'incrédulité chez certains et divisent l’opinion, la stratégie n'en demeure pas moins payante : Beyoncé, Mrs Carter à la ville, a été ainsi élue la « femme la plus influente du monde » par le TIME. Mais, alors, quelle mouche a bien pu piquer Lana del Rey ? Crime de lèse-majesté, faute « marketing » incontestable, l'auteure de l'album Ultraviolence a confié, bravache, au magazine américain The Fader, que pour elle « le féminisme [était] juste un concept inintéressant ». Fermer le ban !


>> « Pour la condition de la femme, Beyoncé a fait probablement plus que Simone de Beauvoir » <<

Lana del Rey, icône de la mode et de la musique et c’est tout

Le moins que l'on puisse donc est que l'artiste de 27 ans s'avère peu sensible aux combats pour le droit des femmes. « Je suis plus intéressée par le voyage dans l'espace par exemple, par ce que l'on va faire avec toutes ces possibilités d'exploration intergalactique », déclare-t-elle ironique avant d’avouer « quand les gens me parlent de féminisme, je me dis "Oh mon Dieu !" Je ne suis tout simplement pas si intéressée que ça ». Le fait est, le sujet l'agace… Et d'expliquer, dans cette même interview, que « [son] idée du vrai féminisme, c’est lorsqu’une femme se sent assez libre pour faire tout ce dont elle a envie ». Vérité de la Palice quand tu nous tiens…

Lana del Rey, une figure énigmatique

Néanmoins, il s'agit de remettre ces propos dans leur contexte. Lana del Rey ne fait, ici, que répondre à nombre de ses contempteurs. Cibles principales des attaques ? Des clips où les scènes de sexe sont explicites comme ses chansons aux paroles ambiguës qui font l’éloge des aléas de l’amour où la violence n'est jamais loin. La tête d’affiche du festival parisien Rock en scène suscite d'ores et déjà la polémique, selon Metronews, avec sa chanson « Ultraviolence » , titre phare de son nouvel album. Extrait de la chanson : « Il me frappait et ça avait le goût d'un baiser […] L'aimer n'était jamais assez [...] J'entends les violons, donne-moi tout cette ultraviolence ». Son album sort le 16 juin prochain.

Les réactions sur Twitter :

Priscillia Mudiaki