Mondial de basket féminin 2014 : faut-il regarder "les Braqueuses" ?

Mondial de basket féminin 2014 : faut-il regarder "les Braqueuses" ?
Mondial de basket féminin 2014 : faut-il regarder "les Braqueuses" ?
Dans cette photo : Nicolas Batum
Dans un peu moins de 24 heures sera donné à Ankara, en Turquie, le coup d’envoi du Mondial de basket féminin. Après avoir décroché l’argent aux Jeux Olympiques de 2012 et aux championnats d’Europe en 2013, les Bleues visent, une nouvelle fois, les plus hautes marches du podium. Un objectif amplement réalisable pour Théophile Haumesser, rédacteur en chef du magazine « Reverse » et du site Basketsession.com. Reste à espérer que les Français soient derrière elles.
A lire aussi


Les médias français en parlent peu. Pourtant dans un peu moins de 24 heures sera donné le coup d'envoi du Mondial de basket féminin en Turquie. Deux semaines après la médaille de bronze remportée par les coéquipiers de Nicolas Batum en Espagne, c'est donc au tour de celles que les journalistes sportifs surnomment « Les Braqueuses » de faire honneur à la France. Et de démontrer, s'il était encore nécessaire, ô combien les femmes comptent dans le sport hexagonal. Une compétition qui s'annonce quoi qu'il en soit sous les meilleurs auspices pour les Bleues. Et pour cause, outre leur victoire historique face aux Américaines le 21 septembre dernier, en tournoi de préparation, elles restent sur d'excellents résultats en compétitions internationales.

« Il n'y a pas une meilleure nation européenne que la France »

« À Londres, lors des JO de 2012, elles s'étaient hissées jusqu'en finale et ne s'étaient inclinées que face à la team USA. L'année suivante, aux championnats d'Europe, elles ont décroché l'argent. Une belle médaille au goût amer toutefois car elles ont perdu la finale d'un point contre l'Espagne », rappelle Théophile Haumesser, rédacteur en chef du magazine Reverse et de BasketSession.com. « L'équipe de France féminine est coutumière des beaux résultats lors des rendez-vous internationaux. Une fois de plus, elles abordent la compétition avec un objectif de médaille », explique-t-il. Un point de vue partagé par Audrey Sauret, championne d'Europe de basket en 2001. Elle se montre d'ailleurs encore plus confiante. « Il n'y a pas une meilleure nation européenne que nous », a-t-elle récemment asséné dans les colonnes du quotidien 20 Minutes. Et d'analyser : « La Turquie joue à domicile, c'est vrai, mais les joueuses cadres sont vieillissantes ».



Car à la différence des Turques, l'équipe de France a, elle, subi, une petite cure de rajeunissement : changement d'entraîneur - avec désormais Valérie Garnier au coaching – et renouvellement de l'effectif. Résultat, les piliers du groupe Sandrine Gruda, Endy Miyem, Émilie Gomis ainsi que la capitaine et star de l'équipe Céline Dumerc, pourront compter sur leurs jeunes recrues pour apporter une nouvelle énergie pendant les matchs couperets. « C'est un beau groupe, les filles évoluent bien ensemble. Toutes sont impliquées dans le jeu. L'un de leurs atouts majeurs est leur collectif sur lequel elles s'appuient, malgré leurs qualités individuelles », juge Théophile Haumesser. Pour Audrey Sauret, ce renouvellement aura, en outre, le mérite d'éviter de réitérer les erreurs du passé. « Si l'on doit jouer l'Espagne, ce sera avec un autre état d'esprit qu'en finale de l'Euro. Il y a de nouvelles joueuses donc pas de risque d'excès de confiance ».


Les Espagnoles championnes d'Europe de basket... par francetvinfo


USA-Australie-France : le podium de ce mondial ?

Tous les voyants sont donc au vert pour que les coéquipières de Céline Dumerc aillent le plus loin possible dans ce Mondial. D'autant que, si l'on en croît Théophile Haumesser, elles devraient monter sur le podium aux côtés des USA « qui sortent toujours leur épingle du jeu face au reste du monde » et de l'Australie « qui a battu "Les Braqueuses" en tournoi de préparation ». Reste à espérer que les téléspectateurs soient eux aussi au rendez-vous et soutiennent les basketteuses françaises, comme ils l'ont fait pour les rugbywomen pendant la Coupe du monde cet été. « Je le répète, cette équipe fait de beaux résultats à chaque compétition et il y a de grandes chances qu'elle décroche une nouvelle médaille. C'est déjà une bonne raison de leur exprimer notre soutien », argue le rédacteur en chef de Reverse. S'adressant aux puristes du basket, celui qui vient d'ailleurs de sortir un joli hors-série sur l'évolution de la NBA poursuit son opération séduction. « Le jeu des femmes est forcément différent de celui des hommes mais c'est un très beau jeu. On y retrouve l'essence de ce sport avec plus de circulation du ballon et de belles qualités individuelles ». Rendez-vous samedi à 17h55 (heure française) sur Sport+ pour en juger. La chaîne du groupe Canal+ diffusera en effet le premier match des Bleues face à la Turquie.

Dans l'actu