Une de "Minute" sur Taubira : Ayrault saisit le procureur de la République, l'hebdomadaire assume

Une de "Minute" sur Taubira : Ayrault saisit le procureur de la République, l'hebdomadaire assume
Une de "Minute" sur Taubira : Ayrault saisit le procureur de la République, l'hebdomadaire assume
Le Premier ministre a annoncé mardi 12 novembre vouloir saisir le procureur de la République après la une de l'hebdomadaire Minute, qui titre dans son édition de cette semaine : « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane ». Mercredi matin, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « injure publique à caractère racial ». Le journal assure ne pas craindre les conséquences judiciaires.
A lire aussi

Trop, c'est trop. Jean-Marc Ayrault a réagi mardi soir à la une de l'hebdomadaire Minute qui s'en prend ce mercredi à la ministre de la Justice Christiane Taubira. « Les attaques racistes sont insupportables et scandaleuses [...] Je suis plus que jamais aux côtés de Christiane Taubira », a déclaré le Premier ministre, décidé à saisir la justice. Mercredi matin, alors que la polémique enfle, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « injure publique à caractère racial ». Celle-ci est confiée à la Brigade de Répression de la Délinquance contre la Personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne.

« Nous devons étudier les moyens que nous pouvons prendre pour agir contre la diffusion de ce journal. Nous ne pouvons pas laisser passer cela », a déclaré de son côté Manuel Valls quelques heures plus tôt, en marge d'un colloque à l'Assemblée nationale sur les réponses à apporter face à la montée du FN.

Avec cette couverture provocatrice, l'hebdomadaire d'extrême droite surfe sur les insultes racistes récemment proférées contre la Garde des Sceaux. Vendredi 25 octobre, lors d'un déplacement à Angers, la ministre a notamment été comparée à une guenon par une ex-militante FN puis par une enfant, lors d'une manifestation hostile au mariage pour tous. Dans ses pages intérieures, le journal en rajoute une couche en titrant : « Ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace ».

Indignation de la classe politique


Si l'association SOS Racisme a d'ores et déjà annoncé son intention de porter plainte pour incitation à la haine raciale, le sentiment d'indignation touche l'ensemble de la classe politique. Au gouvernement d'abord, où la ministre déléguée au Personnes âgées Michèle Delaunay a fait part sur Twitter de son soutien à sa collègue de la justice. Dans les rangs du PS ensuite : Harlem Désir, premier secrétaire du parti, s'est dit « révolté par l'ignoble Une de Minute ».


A droite, le député UMP des Alpes-maritimes Eric Ciotti dénonce un « terrain nauséabond ». « C'est une provocation, une dérive, je la condamne. Le racisme n'a aucune place dans le débat politique », a-t-il déclaré, mettant cependant en garde la majorité « sur les tentatives de récupération de ces sujets. Lorsqu'on veut les exploiter politiquement, on les entretient aussi ».





La présidente du Front National Marine Le Pen, fidèle à sa stratégie visant à s'éloigner de toute référence à l'extrême-droite, a également réagi en publiant un court message sur le sujet.

Minute piraté


Peu après ces attaques racistes, Christiane Taubira avait été ovationnée par les députés de gauche et du centre à l'Assemblée nationale mercredi 6 novembre. La ministre avait alors remercié François Hollande, Jean-Marc Ayrault et les députés pour leur engagement face aux attaques racistes dont elle faisait l'objet.

Mardi 12 novembre, la couverture de l'hebdomadaire a aussi provoqué les réactions de nombreux internautes. Le site de l'hebdomadaire n'était d'ailleurs plus disponible dans l'après-midi, en raison, selon la rédaction de Minute, d'un « piratage ». Un moindre mal pour le journal, qui ne craint pas les conséquences judiciaires et ne cache pas sa satisfaction d'avoir provoqué un tollé général. « L’objectif c’était de faire parler de nous, raconte un journaliste de l’hebdomadaire cité par les Inrocks. On voulait se payer un coup de pub pour zéro euro, le contrat est rempli au-delà de nos espérances ».

Christiane Taubira applaudie à l'Assemblée Nationale mercredi 6 novembre :


Ayrault condamne le racisme envers Taubira... par lemondefr

VOIR AUSSI

"Minute" : Taubira "maligne comme un singe", elle "retrouve la banane"
Taubira traitée de "guenon" : la Manif pour tous va remanier sa charte d'action
Christiane Taubira comparée à un singe par une candidate frontiste, le FN sanctionne

Dans l'actu