L'ABCD de l'égalité approuvé par une majorité des Français

L'ABCD de l'égalité, expérimentation mise en place dans 275 écoles primaire et maternelle conçu pour lutter contre les stéréotypes filles-garçons à l'école, est approuvé par 53% des Français mais jugé dangereux par 33% d’entre eux.
A lire aussi


Attaqué par des groupes de parents qui ont organisé un boycott des écoles lundi dernier, l’ABCD de l’égalité est tout de même approuvé par 53% des Français (sondage BVA pour i-Télé diffusé samedi 1er février). Ces parents, qui disent craindre un enseignement généralisé de la théorie du genre dans les petites classes, promettent d’organiser d’autres actions de résistance à la mise en place des ABCD de l’égalité pour la rentrée 2014. Ils ont été suivis par les partisans de la Manif pour tous, ce dimanche, qui brandissaient des affiches ornés du slogan « Non à la théorie du genre », réclamant aussi la suspension de « l'ABCD dits de l'égalité ».

>> Lire aussi : Au fait c'est quoi la théorie du genre ? <<

Un enseignement dangereux pour un tiers des Français

D'après cette enquête d'opinion, ce programme est connu du public : près de 7 Français sur 10 en ont entendu parler.

Pour 53% des sondés d’ailleurs, il s'agit d'une « bonne chose » (37% sont contre et 10% n'ont pas d'opinion). Un sondés sur trois juge cet enseignement « dangereux » (55% contre et 12% sans opinion). Pour 37% des personnes interrogées c'est un moyen de diffuser la « théorie du genre » (51% ne sont pas d'accord et 12% sont sans opinion).

L'ABCD de l'égalité, c’est quoi ?

C'est une expérimentation mise en place par Najat Vallaud-Belkacem et Vincent Peillon pour lutter contre les stéréotypes filles-garçons à l'école. Ce projet est testé de la grande section de maternelle au CM2 dans 600 classes de 275 écoles et de 10 académies (Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Corse, Guadeloupe, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Rouen et Toulouse) depuis la Toussaint pour « faire prendre conscience aux enfants des limites qu'ils se fixent eux-mêmes, des phénomènes d'autocensure courant, leur donner confiance en eux et leur apprendre à grandir dans le respect des autres ». Ce projet doit être généralisé dès la rentrée 2014.

Julie Rabaud