Nadine Morano a-t-elle fait licencier une vendeuse après un accrochage ?

Nadine Morano a-t-elle fait licencier une vendeuse après un accrochage ?
Nadine Morano a-t-elle fait licencier une vendeuse après un accrochage ?
Une vendeuse d'un centre commercial de Nancy affirme avoir été licenciée après un accrochage verbal avec la ministre de l'Apprentissage Nadine Morano. De son côté, la ministre déclare n'avoir eu aucun contact avec l'employeur.
A lire aussi
Quand Lucas Pouille remet en place John McEnroe après une question sexiste
News essentielles
Quand Lucas Pouille remet en place John McEnroe après une...

Les faits sont survenus le 9 avril dernier mais l'affaire n'a éclaté qu'hier sur le site de Rue 89. Une employée du Printemps de Nancy, Albane, raconte comment elle a perdu son emploi après avoir ironisé sur la ministre de l'Apprentissage, Nadine Morano.
La ministre était en train de faire du shopping avec sa fille et un garde du corps lorsque la vendeuse, chargée du rayon de la marque Kookaï, aurait lancé dans le magasin : « il y a Nadine Morano dans le magasin, si quelqu'un veut aller lui casser la gueule ». La remarque n'ayant pas échappé à l'intéressée, la vendeuse se confond immédiatement en excuses, deux témoins le confirment, mais Nadine Morano lui signifie qu'elle veut « des suites à ce dossier ». La vendeuse est même priée de quitter le magasin pour que la ministre puisse terminer ses emplettes.
Albane
prévient alors immédiatement sa responsable régionale pour lui signifier l'accrochage et le fait qu'elle se soit excusée. Mais le 21 avril, elle est convoquée au siège de Kookaï à Paris où personne ne lui laisse le temps de s'expliquer, « ils n'ont tenu compte que de la version de Mme Morano et ont précisé que ça n'avait rien à voir avec l'importance de la cliente, ce dont je doute fortement », explique le jeune femme à Rue 89. Le 27 avril, Albane est licenciée pour faute grave. Le courrier de licenciement mentionne des « insultes et injures » proférées à l'encontre de la ministre.
Albane s'inquiète aujourd'hui de ne pas pouvoir retrouver du travail avec un tel dossier. En attendant, elle attaque Kookaï aux prud'hommes pour licenciement abusif.

(Source: Rue89.com)

Géraldine Bachmann

VOIR AUSSI

Comment apprend-on que l’on est licencié ?
Comment demander l’indemnité de licenciement ?
Lettre à ceux qui ont momentanément perdu leur emploi

L’INFO DES MEMBRES

Nadine Morano confond Renault et Renaud, une « grosse bourde »