Faut-il arrêter l’aspirine pendant la grossesse ?

Faut-il arrêter l’aspirine pendant la grossesse ?
Faut-il arrêter l’aspirine pendant la grossesse ?
L’aspirine, l’ibuprofène ou le paracétamol ingérés pendant la grossesse auraient des répercussions sur la fertilité des garçons à naître, d’après une étude scientifique danoise.
A lire aussi

Caféine, crustacés, poisson cru, antibiotiques… Dans la liste des produits déconseillés aux femmes enceintes pourraient s’ajouter les antalgiques. Une étude danoise publiée dans la revue Human reproduction montre que la prise d’aspirine, d’ibuprofène ou de paracétamol pendant plus de 15 jours au cours des six premiers mois de la grossesse, augmenterait de façon notoire les risques de cryptorchidie chez le garçon à naître. Cette pathologie correspondant à une anomalie dans la descente des testicules peut entraîner des problèmes d’infertilité et des cancers des testicules.
De nouvelles études devraient être lancées pour corroborer les résultats danois et, le cas échéant, limiter la prise d’antalgiques pendant la grossesse.

VOIR AUSSI

Grossesse : la consommation d'alcool nuirait à la fertilité des hommes

Tous les maux de la grossesse

Obésité infantile : tout se joue dès la grossesse