Fifty Shades of Grey, le Viagra bio de ces dames ?

Fifty Shades of Grey, le Viagra bio de ces dames ?
Fifty Shades of Grey, le Viagra bio de ces dames ?
Malgré les critiques acerbes sur la pauvreté du style et les niaiseries de Fifty Shades of Grey, ses détracteurs sont bien obligés de constater qu'en France aussi le roman de E. L. James a explosé les scores. Plus de 300 000 exemplaires vendus en moins d'un mois. On s'interroge et on médit beaucoup sur le mommy-porn, alors que les lectrices n'ont qu'une réponse : ça marche.
A lire aussi


L’opprobre se déverse sur les Françaises. Le constat est sans appel, le roman de E.L. James « Fifty Shades of Grey » (« Cinquante nuances de Grey », JC Lattès) cartonne aussi en France, affichant entre 300 000 et 350 000 exemplaires vendus selon l’éditeur. Et les langues se délient : oui, « même » les Françaises sont capables d’apprécier ce navet entre Santa Barbara et la collection rouge Harlequin. Voilà qui dresse l’air de rien un portrait sympathique des Anglo-Saxonnes, ces ignares qui exportent au pays des Lumières leurs lectures peu recommandables… Le sujet s’est, de fait, invité dans les conversations de fin de dîners, réconciliant les deux bouts de la table : « Ta femme aussi lit ce truc ? »

« On a fait trois fois l'amour en trois jours »

Oui, elles le lisent, et ne cherchent pas à décoder les fautes de style, les formules toutes faites ou les trop nombreuses répétitions de l’auteur. Le célèbre gynécologue Sylvain Mimoun, interrogé par le Huffington Post, explique ainsi qu’il y a bel et bien un effet « Fifty Shades of Grey » : « Il y a ces femmes qui sont surprises par le roman, elles disent je suis surprise, parce que ça me stimule. » Une lectrice anonyme de 35 ans confirme : « J’ai lu le tome 1 en trois jours, et on a fait trois fois l’amour en trois jours avec mon mari, un rythme qu’on n’avait pas retrouvé depuis quelques années… » Une autre, 56 ans, confie avoir un peu empêché son homme de dormir. Elle entame le tome 3. Le Dr Mimoun confirme le potentiel du roman pour réveiller la libido des femmes et leur redonner l’initiative du fantasme et du désir. Le gynécologue comprend surtout, contrairement à tant d’autres commentateurs(-trices), qu’il n’est pas vraiment question de domination/soumission dans cette relation entre un sado-masochiste convaincu et une jeune vierge ingénue : « Il n'est pas rare que ce soit la dominée qui dirige l'histoire. Finalement, c'est elle qui choisit le dominant, elle nomme le maître, et sans elle, plus de dominant ». La cravache s’abat en effet sur l’une comme sur l’autre de manière symbolique, et en fin de compte, c’est bien Ana qui domine son homme et le fait succomber à sa propre vision du sexe et du couple. 

De la lecture à la pratique

Si l’on en croit le Huffington Post, certaines enseignes françaises spécialisées dans les sex toys se sont déjà fait dévaliser en menottes. C’est le cas de la chaîne Passage du désir : « Avec le livre, les gens se disent qu'on peut faire des jeux à deux sans tomber dans une spirale SM », analyse Fleur Breteau, la directrice artistique du groupe. Aux États-Unis, la saga Fifty Shades a fait exploser les ventes de boules de Geisha, à cause d’une scène où Ana les utilise sous le contrôle pervers de Christian… Récupération commerciale oblige, les sex toys estampillés Fifty Shades of Grey débarquent donc en France et seront distribués en exclusivité sur le site starnet-world. Le roman s’offre une rubrique à lui tout seul pour proposer tous les joujoux du couple Grey, collection « bondage » ou « toys » : mention spéciale pour le minivibro argenté qui porte la phrase culte : « We aim to please ». C’est too much, mais ça va sans doute marcher...

Crédit photo : starnet-world.com

VOIR AUSSI

20 anecdotes croustillantes sur "Fifty Shades of Grey"
"Fifty Shades of Grey" : pourquoi vous allez aimer
"50 nuances de Grey", "Dévoile-moi" : le Mommy Porn vous veut-il du bien ?
Après "50 nuances de Grey", apprenez les bases du SM avec "50 nuances du plaisir"