L'orgasme féminin entretient mieux le cerveau que les mots croisés

L'orgasme féminin entretient mieux le cerveau que les mots croisés
L'orgasme féminin entretient mieux le cerveau que les mots croisés
Avoir un orgasme est meilleur pour l'activité cérébrale qu'une partie de Sudoku ou de mots croisés, selon une étude américaine menée par le professeur Barry Komisaruk, spécialiste du plaisir sexuel féminin depuis plus de cinquante ans.
A lire aussi
Coupe du monde féminine de foot : les journalistes sportives font leurs pronos
News essentielles
Coupe du monde féminine de foot : les journalistes...

Avoir un orgasme est meilleur pour notre activité cérébrale qu'une partie de Sudoku ou de mots croisés. C'est ce que révèle une étude américaine, menée par le professeur Barry Komisaruk, spécialiste du plaisir sexuel féminin depuis les années 1960.

Après avoir étudié des rats dans dans son laboratoire du Département de Psychologie de l'Université Rutgers, dans le New Jersey, Barry Komisaruk a pratiqué ses expériences sur les femmes. « Lors d'un orgasme, on constate un afflux sanguin intense vers le cerveau. Selon moi, cela ne peut pas être mauvais. Cela apporte tous les nutriments et l'oxygène nécessaires au cerveau», a-t-il déclaré au Times, précisant que « les exercices mentaux augmentent l'activité cérébrale dans quelques parties localisées du cerveau, alors qu'un orgasme active toutes les régions du cerveau », notamment grâce à la l'endorphine et à la dopamine.

Une partie de jambes en l’air est donc meilleure qu’un casse-tête. Si l'on s’en doutait, voilà qui est désormais scientifiquement prouvé.

Les bienfaits de l'orgasme

Outre ses bénéfices sur l'activité cérébrale, l'orgasme pourrait également réduire la douleur lors de l'accouchement, l'un et l'autre n'étant pas incompatibles. Mais surtout, selon Barry Komisaruk, jouir permettrait de lutter contre le stress, l'anxiété, la dépression et les addictions.

Pour autant, cet expert affirme que « nous ne connaissons rien à propos du plaisir », d'où l'importance de comprendre comment celui-ci est produit par notre cerveau. Mais aussi de connaître les parties du cerveau impliquées, ainsi que la manière dont le mécanisme pourrait être utilisé à des fins thérapeutiques.


Elodie Cohen Solal

VOIR AUSSI

Orgasmes : 7 façons de jouir lorsqu'on est une femme
Sexe : mais pourquoi crie-t-on pendant l'amour ?
Orgasme clitoridien et vaginal : comment les reconnaître ?