"On veut des changements" : ce produit de la "bébé box" qui ne passe pas

Ce produit de la "bébé box" qui ne passe pas
Ce produit de la "bébé box" qui ne passe pas
Le gouvernement distribuera une "bébé box" à toutes les familles à la naissance de l'enfant dès 2022. A l'intérieur, des produits de puéricultures et pour les mamans "une crème". Un soin que les jugé insuffisant face à la réalité du post-partum et à son manque de prise en charge.
A lire aussi

Ce 11 octobre, le cabinet d'Adrien Taquet, secrétaire d'Etat à l'Enfance, a annoncé la création et distribution dès 2022 d'une "bébé box". Un colis destiné aux nouveaux parents, à la suite de la naissance d'un enfant, composé de plusieurs objets pour le tout-petit. Une gigoteuse, un bavoir, un savon neutre et des livres de conseils.

Le ministère prévoit aussi "qu'il y ait un objet spécifiquement pour la mère, pour lui permettre de se dire qu'il faut qu'elle prenne soin d'elle, peut-être une crème ou quelque chose comme ça". Une crème hydratante présentée comme une "invitation" à "prendre soin d'elle" et "ne pas s'oublier en tant que parent", c'est justement ce qu'ont épinglé de nombreuses voix féministes.

Car voilà : la réalité du post-partum - et surtout, le peu de moyens et de dispositifs pour accompagner les femmes dans cette période particulièrement charnière et difficile - est telle qu'une crème ne suffira certainement pas à ce que la parturiente puisse "prendre soin d'elle". Aussi, le mal-être que certaines ressentent n'est absolument pas dû au fait qu'elles se seraient "oubliées" ou n'auraient pas "pris soin d'elles".

"Plus efficace qu'une crème, il y a débloquer l'argent"

"Rien ne sera fait dans les hôpitaux pour ouvrir des lits en néonat. Rien ne sera mis en place pour aider les mères en dépression post-partum. Le congé paternité restera light. Mais les parents recevront une box avec du savon et de la crème hydratante", déplore ainsi la journaliste Laure Dasinieres.

"Ces annonces sont du niveau pensée magique/développement personnel/coach motivation bas de gamme", s'indigne la sociologue Illana Weizman, autrice du livre Mon post-partum. "Non parce que plus efficace qu'une crème hydratante il y a DÉBLOQUER L'ARGENT pour des politiques d'accompagnement sur le long terme par des professionnels de santé formés aux problématiques du post-partum", poursuit-elle, "ou encore mettre en place un congé co-parent OBLIGATOIRE ET DE MÊME DURÉE que le congé maternité."

Et de conclure : "Là, voyez-vous, on aurait l'occasion de 'ne pas s'oublier', d'avoir 'du temps pour nous'. Remballez vos mesures cosmétiques, vos crèmes hydratantes et fascicules, on veut des changements radicaux." Alors, à quand une écoute réelle des concernées et des mesures qui dépassent le rendez-vous ponctuel et le colis surprise ?