Audrey Azoulay, ministre de la Culture : elle n'a pas obtenu son poste grâce à Julie Gayet

Audrey Azoulay dément avoir obtenu son poste de ministre grâce à l'appui de Julie Gayet
Audrey Azoulay dément avoir obtenu son poste de ministre grâce à l'appui de Julie Gayet
Dans cette photo : Julie Gayet
Audrey Azoulay a pris la succession de Fleur Pellerin au ministère de la Culture il y a un mois maintenant. Très discrète depuis sa nomination, elle vient enfin d'accorder sa première interview. L'occasion pour elle de faire taire les mauvaises langues qui assurent qu'elle a obtenu son poste grâce au soutien de Julie Gayet...
A lire aussi

On ne l'avait pas vu arriver, et pour cause, Audrey Azoulay est l'une des grandes surprises du dernier remaniement. A 43 ans, celle qui a été directrice générale du CNC (Centre National du Cinéma) jusqu'en 2014, a également soufflé à l'oreille de François Hollande avant d'obtenir son poste de ministre puisqu'elle a été conseillère chargée de la culture et de la communication à l'Elysée ces deux dernières années. Une sorte de mise en bouche avant de plonger dans le grand bain de la politique ? Interviewée par Le Parisien, Audrey Azoulay ne voit pas nécessairement les choses de cette manière :

"Pas du tout. Être conseiller culturel du président, c'est faire des propositions, des analyses, donner des avis quand il a des choix à faire en matière culturelle. Un ministre est là pour agir".

Appuyée par Julie Gayet ?

Au cours de cet entretien, Audrey Azoulay a également tenu à mettre les choses au clair. Car depuis sa nomination, certaines mauvaises langues assurent qu'elle aurait tout tenté pour évincer Fleur Pellerin, mais surtout, qu'elle aurait été appuyée par son amie Julie Gayet, l'actuelle compagne de François Hollande. A demi-mot mais avec avec fermeté, elle explique : "Julie Gayet, je l'ai rencontrée professionnellement lorsque je travaillais dans le secteur du cinéma. Je la connais, c'est tout". De quoi faire taire les rumeurs ? Audrey Azoulay ne semble pas préoccupée les on-dit.

Il faut dire que son planning est chargé. Inauguration du Salon du livre, loi sur la création du patrimoine, rapport sur la classification des films, nouvelle chaîne d'info sur la TNT... la ministre de la Culture a une année bien remplie qui s'ouvre devant elle.