Mettre du persil dans son vagin : les médecins alertent contre cette pratique dangereuse

Non, ne mettez pas de persil dans votre vagin
Non, ne mettez pas de persil dans votre vagin
Les spécialistes se révoltent après la publication d'un article dans le Marie Claire britannique qui induirait ses lectrices à mettre du persil dans leur vagin pour avancer la date de leurs règles.
A lire aussi
Cette nouvelle pratique des Anglaises inquiète les médecins
News essentielles
Cette nouvelle pratique des Anglaises inquiète les...

L'info a fait un tollé. Et en même temps, on est rassurées que les expert·es médicaux se soient immédiatement insurgé·es contre ces conseils ahurissants. Dans un article récent, supprimé depuis, la version britannique du magazine Marie Claire listait plusieurs façons d'aider à déclencher ses règles plus rapidement que ce que le cycle naturel prévoit. Parmi elles, insérer du persil dans son vagin.

2019, Mesdames et Messieurs.

D'après The Independent, le magazine jugé "irresponsable" par plusieurs spécialistes écrivait que le persil peut aider à "donner un coup de fouet à vos règles" en adoucissant le col de l'utérus et en corrigeant les déséquilibres hormonaux qui peuvent être à l'origine de leur retard.

La raison donnée ? Le persil est une emménagogue, une substance qui stimulerait ou augmenterait le flux menstruel. Marie Claire UK ajoute même que "Si vous avez du mal à trouver un plat à base de persil, ne paniquez pas - les formes les plus efficaces sont le thé au persil et les inserts vaginaux de persil".

Au-delà de le consommer par voie orale, le magazine incitait donc à insérer le persil directement par voie vaginale.

"Des décès ont été signalés"

Un article qui n'est pas sans nous rappeler Gwyneth Paltrow et sa grande passion pour les douches vaginales, habitude qu'elle recommandait d'ailleurs chaudement sur son blog, et qui a été décriée par les gynécologues à cause du danger qu'elle représente pour l'équilibre extrêmement fragile de la flore - et le risque d'infections bactériennes qu'elle propagerait. Ou même la sage-femme qui clamait que notre organe génital s'assécherait davantage en hiver.

La doctoresse Shazia Malik, chirurgienne en gynécologie et en urogynécologie exerçant à Phoenix, dans l'Arizona; prévient ainsi qu'"il n'y a pas de preuve qu'une femme en tire un avantage quelconque, et il est clair qu'elle risque de subir des préjudices importants puisque des décès ont été signalés. J'exhorte les femmes à ne rien insérer [dans leur vagin] à moins qu'elles n'aient suivi les conseils d'un médecin."

Pour la gynécologue américaine Sheila Newman, "il existe des moyens de manipuler votre cycle menstruel et d'éviter d'avoir vos règles à certains moments, mais vous devriez en discuter avec votre gynécologue." Et certainement pas avec votre primeur.