Pour Brigitte Bardot, les actrices qui dénoncent le harcèlement sont des "allumeuses"

Pour Brigitte Bardot, les actrices qui dénoncent le harcèlement sont des "allumeuses"
Pour Brigitte Bardot, les actrices qui dénoncent le harcèlement sont des "allumeuses"
Dans cette photo : Brigitte Bardot
Dans un entretien accordé à "Paris Match", Brigitte Bardot revient sur la libération de la parole des femmes suite à l'affaire Weinstein. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle n'est pas tendre avec ses ex-consoeurs.
A lire aussi
"Les photos, c'est perso. Les partager, c'est harceler"
News essentielles
"Les photos, c'est perso. Les partager, c'est harceler"

"Hypocrite, ridicule, sans intérêt." Voilà comment Brigitte Bardot, sex symbol des sixties et muse de Jean-Luc Godard, Roger Vadim ou Serge Gainsbourg, juge le mouvement #MeToo, qui a suivi l'affaire Harvey Weinstein. Dans un long entretien accordé à Paris Match en prévision de la sortie, le 25 janvier prochain, de Larmes de combat (Éd. Plon), son nouveau livre-testament, Brigitte Bardot, 83 ans, évoque tout à tour son engagement en faveur de la cause animale, son combat contre le cancer du sein et, évidemment, le mouvement de libération de la parole des femmes qui a suivi l'affaire Harvey Weinstein, ce producteur hollywoodien accusé de harcèlement, d'agression sexuelle ou de viol par des dizaines d'actrices.

Connue pour ses prises de position rétrogrades et souvent polémiques, Brigitte Bardot n'a une fois encore pas failli à sa réputation. Décidément plus proche des cent femmes qui ont co-signé la tribune du Monde sur la "liberté d'importuner" que du mouvement #MeToo, l'héroïne de Et Dieu... créa la femme n'est pas franchement tendre avec celles qui ont osé dénoncer les violences sexistes dont elles ont été victimes. C'est surtout les comédiennes qu'elle a dans le collimateur.

"Concernant les actrices, et pas les femmes en général, c'est, dans la grande majorité des cas, hypocrite, ridicule, sans intérêt. Cela prend la place de thèmes importants qui pourraient être discutés."

Quels thèmes ? On n'en saura pas plus. En revanche, BB en vient ensuite à son cas personnel et à sa définition toute personnelle du harcèlement sexuel. "Moi, je n'ai jamais été victime d'un harcèlement sexuel. Et je trouvais charmant qu'on me dise que j'étais belle ou que j'avais un joli petit cul. Ce genre de compliment est agréable."

Avant de conclure sur ce sujet : "Il y a beaucoup d'actrices qui font les allumeuses avec les producteurs afin de décrocher un rôle. Ensuite, pour qu'on parle d'elles, elles viennent raconter qu'elles ont été harcelées... En réalité, plutôt que de leur profiter, cela leur nuit."

Sur Twitter, la militante féministe Caroline De Haas n'a pas tardé à réagir aux propos de Brigitte Bardot, avançant que celle-ci se lançait avec brio dans la compétition de celui ou celle "qui dira la plus grosse énormité".

Brigitte Bardot devrait toutefois faire attention : avec sa sortie sur "Balance ta Salope", Laëtitia Casta n'est pas loin de la talonner.