5 astuces pour me débarrasser de mon brouillard cérébral

5 astuces pour me débarrasser de mon brouillard cérébral
5 astuces pour me débarrasser de mon brouillard cérébral
Impossible de vous concentrer ou d'y voir clair en ce moment ? Vous souffrez peut-être de brouillard cérébral. Pour y remédier en douceur, on vous donne 5 tips à garder en tête.
A lire aussi

Vous avez peut-être déjà connu le phénomène du brouillard cérébral. Peut-être même avant que le covid et ses conséquences n'aient heurté notre réalité. Les signes ? Du mal à faire le point, à réfléchir vite et bien, à se reposer efficacement. Et cette impression de sentir notre cerveau comme empêtré dans une toile dont on peine à s'extirper, et de ressentir une intense fatigue à mesure que l'on tente de s'extirper de cette brume mentale.

En 2021, ces symptômes mentaux n'ont pas disparu, bien au contraire. Avec la crise sanitaire, les diagnostics d'anxiété se sont multipliés, rendant particulièrement fréquents les témoignages de celles et ceux qui ont l'impression de voir (ou plutôt, de penser) flou.

"Le brouillard cérébral est utilisé pour décrire les sentiments d'épuisement, de confusion et de manque de concentration", dissèque auprès du HuffPost américain Jessica Gold, professeure adjointe au département de psychiatrie de la faculté de médecine de l'université Washington, à Saint-Louis. Elle décrit ce phénomène, aussi récemment surnommé "cerveau de quarantaine", comme la réponse de l'organe à "tout le chaos qui règne actuellement". L'incertitude l'effraie, il se met en veille. Une réaction pour le moins déstabilisante.

Alors, que faire ?

Avant toute chose, conseille la spécialiste, il est essentiel de savoir que nous ne sommes pas seul·e·s dans cette situation - la normaliser est une étape-clé vers la déculpabilisation et l'acceptation. Ensuite, qu'il existe quelques rituels qui peuvent aider - sans pour autant remplacer des soins professionnels lorsqu'elle perdure - à l'atténuer. Et nous, à mieux l'appréhender. Des automatismes, des moments doudous, des astuces pleines de bienveillance qui aident à se remettre notre tête sur pied. En voici 5.

1- Ré-établir une routine

Souvent quand on perd le fil de notre journée, il peut être judicieux de se concocter une sorte de planning (plus ou moins strict) pour lui donner un sens plus délimité. Et surtout, d'y incorporer des éléments agréables qui sauront couper entre vie pro et vie perso.

Une heure de lever pour prendre le temps de siroter son café, quelques tâches à accomplir dans l'ordre au long la matinée, un déjeuner fixe, une activité physique pour se défouler, une longue balade en fin d'après-midi pour faire le vide... Une structure nécessaire qui permet, lorsque l'on est trop tenté·e par un binge-watching interminable d'une série bof sur Netflix, ou qu'on a tendance à se perdre dans les tréfonds des réseaux sociaux, de mieux couper. Et donc, de ne pas avoir l'impression d'être dans un engrenage nocif et source de ce brouillard peu réjouissant.

"En traçant une ligne fine entre votre vie personnelle et votre vie professionnelle, vous rétablissez l'équilibre entre votre vie professionnelle et votre vie privée et vous sollicitez votre cerveau d'une manière différente", affirme Jessica Gold.

2- Pratiquer le STOP

Entre technique de psy et exercice de pleine conscience, le STOP permettrait de dissiper cet épais écran de fumée qui nous étouffe mentalement. C'est la docteure Rashmi Parmar, psychiatre, qui l'évoque à HelloGiggles. Elle explique d'ailleurs le phénomène par "des niveaux élevés de cortisol", lesquels sont "associés à un mauvais fonctionnement cognitif et à des troubles de la mémoire, qui provoquent le brouillard cérébral."

La spécialiste poursuit : "[le STOP] est un excellent moyen de désamorcer le stress sur le moment, de reconstituer vos réserves d'énergie et de créativité, de prendre du recul sur le problème en cours et de déterminer la meilleure action possible que vous pouvez entreprendre ensuite".

Pour s'y atteler, on suit ces étapes :

  • S- Arrêtez-vous ou faites une pause pendant un moment, peu importe ce que vous êtes en train de faire ;
  • T- Prenez quelques respirations profondes et essayez de vous ramener au moment présent ;
  • O- Observez et reconnaissez vos sentiments intérieurs, vos sensations corporelles, ainsi que ce qui se passe dans votre environnement extérieur. Essayez rapidement de comprendre pourquoi vous vous sentez ainsi. Prenez-en note ;
  • P- Poursuivez votre tâche après avoir rejoint le moment présent, en incorporant les connaissances que vous avez acquises en vous observant.
Venir à bout du brouillard cérébral
Venir à bout du brouillard cérébral

3- Sociabiliser

Pas simple lorsque la distanciation sociale est encore vivement encouragée, mais les interactions sociales - quand on respecte les gestes barrières - peuvent s'avérer salutaires. Principalement quand on a le sentiment d'être complètement à côté de ses pompes.

Retrouver des ami·e·s, entretenir des discussions légères avec le monde qui nous entoure, permet aussi de se reconnecter à une réalité qu'on avait peut-être oubliée. Seulement, plutôt que de miser tout de suite pour un pique-nique en nombre au parc, on essaie de commencer par des retrouvailles en petit groupe, le temps de se réacclimater à des échanges dont on avait perdu l'habitude. Et doucement, on sort de sa bulle.

4- Travailler sur son sommeil

Ce n'est une surprise pour personne : la qualité de nos nuits et notre faculté à se concentrer sont intrinsèquement liées. Pas de productivité sans sommeil réparateur, et pas de clarté d'esprit non plus.

Comme il est toutefois plus facile de le dire que de le faire, voici un conseil qui devrait rendre plus accessibles les bras de Morphée : on limite son temps d'écran avant de se coucher et on remplace nos rituels chronophages et stressant par quelque chose de relaxant. Prendre une douche ou un bain chaud, lire, se faire un masque, discuter avec quelqu'un... De quoi se mettre en mode repos avant même que nos paupières ne se ferment.

5- Miser sur le positif

Last but not least, l'état d'esprit. Si tout nous semble difficile à gérer, c'est qu'il existe une bonne raison à cette impression. Au lieu de culpabiliser et de continuer à broyer du noir, on s'inonde de mots-doux et de pensées qui font du bien à l'âme. Ça commence par valider ses propres émotions.

"Accordez-vous un peu de répit. Dites-vous que c'est normal de vous adapter à tout cela et que c'est normal de ressentir ce que vous ressentez", insiste la professeure Jessica Gold. Chaque fois que l'on ne dispose pas de la "puissance cérébrale" nécessaire pour se consacrer à telle ou telle tâche, il est ainsi utile de s'adresser un "discours positif". Quelques affirmations qui nous font reprendre confiance en nous, nous cajolent, nous soulagent.

"Ce soutien intérieur peut combattre une partie de l'anxiété et des doutes", affirme l'experte. On s'y met de ce pas.

Les dossiers