Camille Muffat ou la discrète enfant prodige de la natation

L'ex-nageuse de 25 ans avait forgé sa légende avec trois médailles décroché aux J.O. de Londres, en 2012.
L'ex-nageuse de 25 ans avait forgé sa légende avec trois médailles décroché aux J.O. de Londres, en 2012.
Championne olympique du 400m nage libre au J.O. de Londres, en 2012, Camille Muffat est décédée, lundi 9 mars, dans le crash d'un hélicoptère, en Argentine, alors qu'elle participait à l'émission de télé-réalité " Dropped ". Retirée des bassins depuis juillet 2014, l'ex-nageuse avait 25 ans.
A lire aussi

Discrète hors de l'eau, Camille Muffat se transformait en véritable fauve une fois lâchée dans les bassins. La nageuse niçoise entraînée par Fabrice Pellerin avait connu la consécration, en 2012, aux Jeux Olympiques de Londres en allant chercher trois médailles, dont une médaille d'or sur 400m nage libre (vidéo ci-dessous), l'argent sur 200m et le bronze sur le relais 4X200m. Une carrière aussi fulgurante que faste débutée à 7 ans dans sa ville natale.

A 15 ans, elle battait Laure Manaudou

Fille d'un kiné et d'une assistante maternelle, la jeune femme de 25 ans, décédée lundi 9 mars dans le crash d'un hélicoptère survenue sur le tournage de l'émission de télé-réalité Dropped, était une véritable surdouée de la natation. A 15 ans à peine, elle s'était payée le luxe de battre Laure Manaudou sur le 200 mètres 4 nages lors des championnats de France, à Nancy en 2005.

Camille Muffat, une championne discrète.

Un statut de digne héritière de Laure Manaudou que cette travailleuse de l'ombre, timide et acharnée, a eu un temps du mal à assumer. " Je n'étais pas du toute prête à ça. Du fait que c'était Laure, tous les médias se sont emballés. C'était difficile d'être comparée tout le temps à elle. On la montait contre moi, j'avais trois ans de moins, je me disais qu'un jour elle allait m'insulter ! ", confier la championne, en 2012, à l'AFP.

Retirée des bassins depuis juillet dernier

La lassitude avait finalement fini par prendre le pas sur la passion. A raison de six heures d'entraînement par jour, six jours sur sept, la sportive, fatiguée, avait choisi de sortir des bassins en juillet dernier pour voguer vers de nouveaux horizons et mener " une vie bien plus normale que la plupart des gens ", confiait celle qui se définissait comme encore " très gamine " et ventait les mérites de ses petits plaisirs simples " aller au resto avec mon copain, aller voir mes parents le dimanche, voir mon frère et ma soeur, mes grands-parents (...) et faire des puzzles ! ".

Camille Muffat laisse derrière elle l'un des plus beaux palmarès de l'histoire de la natation française et une immense tristesse dans le milieu des nageurs, notamment chez son ancien camarade d'entraînement à Nice, Yannick Agnel . " Pas elle... " a simplement tweeté le nageur avant d'ajouter : " une énorme pensée aux familles des victimes, toutes mes condoléances... Soyons forts ".