Convention de stage : tout ce qu'il faut savoir

La convention de stage est le sésame à obtenir pour décrocher un stage. En effet, sans ce document, hors de question pour une entreprise d'embaucher un étudiant stagiaire et, pour être valable, il doit être impérativement signé par le stagiaire, l'entreprise et l'établissement de formation.
A lire aussi

Pas de bras, pas de chocolat, pas de convention de stage, pas de stage. A l'instar d'un contrat de travail, la convention de stage permet de définir les engagements mutuels contractés entre les différentes parties prenantes : employeur, stagiaire et établissement formateur. Un établissement formateur car les stages sont exclusivement réservés aux étudiants inscrits en université, école, etc.

Des clauses obligatoires doivent figurer dans la convention

La convention indique les missions du stagiaire, sa rémunération, ses horaires ou encore les dates de début et de fin de stage. Au total, quelque onze clauses doivent être présente dans le document pour qu'il soit valable. Plusieurs moyens existent pour obtenir ladite convention. Pour les étudiants dont le stage est intégré au cursus, rien de plus simple. Après avoir trouvé son stage, l'étudiant doit simplement se rendre au service "stages" de son établissement où une convention type lui sera délivrer.

Si l'étudiant souhaite effectuer un stage de manière spontanée, a priori, " c'est interdit par un décret publié en août 2010 ", précise Cidj.com . Néanmoins, les établissements accordent le sésame, notamment en cas de réorientation ou d'une année de coupure.

Le stagiaire conventionné n'est pas déclaré comme salarié

Enfin, le stagiaire n'ayant pas la qualité de salarié, l'entreprise n'a pas de déclaration particulière d'embauche à faire auprès de l'Urssaf. En revanche, selon Le Parisien , " elle doit mentionner dans une partie spécifique du registre unique du personnel la liste des stagiaires en cours ".

Tout savoir sur la convention de stage
Tout savoir sur la convention de stage