Charlotte Nebres, 11 ans, devient la première star noire de "Casse-Noisette"

La vedette de "Casse-noisette" est une jeune fille noire de onze ans.
La vedette de "Casse-noisette" est une jeune fille noire de onze ans.
Empouvoirée. C'est ainsi que se sent la très jeune Charlotte Nebres lorsqu'elle danse. Et il y a de quoi. Car à seulement 11 ans, la ballerine marque déjà l'Histoire : elle est la première fille afro-américaine à occuper le haut de l'affiche du ballet "Casse-Noisette". On applaudit.
A lire aussi

On ne compte plus le nombre d'adaptations du ballet magique de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Cela fait plus d'un siècle que Casse-noisette réjouit les amateurs de danse et de féerie. Du Fantasia de Walt Disney aux représentations du prestigieux New York City Ballet en passant par un dessin animé Barbie légèrement moins mythique, ce grand classique est aussi réécrit qu'il semble indémodable. Et autant dire que sa prochaine adaptation nous vend du rêve. Car, pour la première fois, son héroïne sera une petite fille noire.

C'est dans la future représentation de l'oeuvre sur scène par le New York City Ballet que cette révolution aura lieu. La danseuse en question se nomme Charlotte Nebres. Elle n'a que onze ans, et marque déjà l'Histoire. On ne doute pas qu'elle saura comme personne faire honneur aux chorégraphies millénaires de George Balanchine. Sa parole, elle, virevolte déjà.

Dancing queen

Charlotte Nebres devait avoir le rôle de Marie, la protagoniste de l'histoire, c'était écrit. Depuis son plus jeune âge, cette danseuse perfectionne son talent en suivant les cours de la School of American Ballet, intégrée au sein du Lincoln Center for the Performing Arts de New York. Cette école de ballet est directement rattachée au New York City Ballet. Mais ce ne sont pas simplement les performances physiques de cette jeune fille, dont la mère est originaire de Trinidad et le père des Philippines, qui ont convaincu la prestigieuse institution. Ce sont aussi ses mots, inspirants et euphoriques.

Interrogée par le New York Times, la jeune étoile explique ce que représente cet art pour elle : "J'ai l'impression que lorsque je danse, je me sens libre. J'ai l'impression de pouvoir tout faire quand je danse. Cela me rend heureuse. Et j'ai envie de faire ce qui me rend heureuse, lorsque vous ne pensez à rien d'autre que cela". Pour le signifier encore, la jeune fille, qui lors de cette saison partagera son rôle avec la tout aussi jeune danseuse (à moitié coréenne) Sophia Thomopoulos, emploie ce joli mot : "empowered". Empouvoirée.

Cette sensation ô combien "girl power" lui a même fait dire en sortie d'audition "Eh bien, je suis Marie !", comme se le remémore sa mère, qui la qualifie "d'introvertie, à sa manière". Pour Kavita Misra, la maman du jeune garçon Kai Misra-Stone (qui incarne le Prince dans Casse-noisette), ce n'est pas juste une bonne nouvelle, "c'est un moment historique". De quoi susciter l'admiration, comme celle de la comédienne Michelle Monaghan (Mission impossible 3, True Detective), qui n'a pas hésité à applaudir les paroles de la jeune danseuse sur Twitter. Jusqu'à la qualifier de "brillante".

Mais l'une des grandes inspirations de Charlotte Nebres ne se trouve pas du côté d'Hollywood. Il s'agit de Misty Copeland, la première femme afro-américaine à avoir occupé le haut de l'affiche des ballets de l'American Ballet Theatre. "Quand j'ai vu quelqu'un qui me ressemblait sur scène, je me suis dit que c'était incroyable. Elle me représentait, moi, ainsi que toutes les personnes comme moi", se réjouit-elle dans les pages du New York Times. Nulle doute que sa performance, elle aussi, inspirera bien des dancing queens...