Dina Toki-O : la blogueuse mode voilée qui fait le buzz

À seulement 25 ans, Dina Torkia, alias Dina Toki-O, est l'une des blogueuses mode les plus influentes du moment en Grande-Bretagne. Sa particularité : avoir su prouver que religion, port du hijab et mode n'étaient pas incompatibles.
A lire aussi

C'est un sujet épineux qui s'invite régulièrement au centre des débats politiques et sociétaux. Dernière preuve en date le mois dernier, avec la secrétaire d'État aux Droits des femmes, Pascale Boistard, qui se déclarait contre le port du voile à l'université. En 2010, l'adoption du texte légiférant sur le port du voile dans l'espace public avait été très controversée. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, le voile intégral (ou niqab) est interdit dans la rue, les transports en commun et les services publics. Quant au hijab, qui laisse apparaître le visage, il est autorisé dans les lieux publics et les universités mais interdit dans les écoles, collèges et lycées publics depuis la loi de 2004 sur le port de signes religieux ostentatoires. Une législation stricte qui illustre le caractère touchy du voile en France.

À plusieurs kilomètres de nos côtes, Outre-Manche, le voile ne déchaîne pas autant les passions. D'ailleurs, de plus en plus de Britanniques revendiquent désormais leur appartenance religieuse, tout en faisant de leur voile un véritable et indispensable accessoire de mode. De confession musulmane, ces "bloggeuses en hijab", comme on les surnomme entendent partager leur passion pour la mode amour sans se délaisser leur voile. À 25 ans, Dina Torkia, alias Dina Tokio, est de celles-là. Mi Anglaise, mi Égyptienne, elle est la créatrice du blog Days of Doll dans lequel elle présente des looks élégants et très étudiés, toujours conformes aux préceptes de modestie et de simplicité prônés par sa religion. De même, elle ne sépare jamais de hijab, ce dernier devenant même l'élément central de ses tenues. "M'habiller élégamment est une façon pour moi de me représenter moi-même ainsi que ma religion. Je ne vois pas pourquoi il serait impossible d'être musulmane et de s'intéresser à la mode", a ainsi confié la jeune blogueuse au Guardian.


Une émission de télé et une collaboration avec Liberty

Toujours est-il que le rapport pas forcément évident entre ces deux domaines a déterminé son parcours. En effet, alors qu'elle avait débuté des études de design de mode à l'université, elle a par exemple préféré abandonner parce que, dit-elle, "elle portait un voile et que ça aurait été bizarre". En 2011, Dina Torkia décide finalement de lancer son blog afin de "prouver au monde que l'on peut-être magnifique et porter le voile". Pari réussi. Quatre ans plus tard, elle a complété sa présence sur les réseaux sociaux via un compte Instagram qui recense aujourd'hui près de 420 000 abonnés et une chaîne Youtube dont l'audience atteint les 30 000 vues.

En outre, depuis deux ans, ce qui n'était qu'un passe-temps est devenu l'activité professionnelle à temps plein de la jeune femme qui est aujourd'hui la "blogueuse en hijab" la plus influente de Grande-Bretagne. D'ailleurs, elle a récemment collaboré au lancement d'une ligne de foulards avec la marque anglaise Liberty. Mieux, depuis le mois de mars, elle est aux commandes de sa propre émission "Muslim Beauty Pageant and Me", diffusée sur la chaîne BBC 3, et a été interrogée dans le cadre d'un documentaire consacré au concours Miss Monde musulmane, organisé chaque année en Indonésie.

Malgré son succès, Dina assure ne pas vouloir devenir un modèle pour les petites filles, se satisfaisant du fait de pouvoir exprimer son point de vue sur le port du voile auprès de personnalités issues du milieu de la mode. "Il y a un sentiment de peur lié au hijab à cause de ce que les gens voient dans les journaux. Mais me concernant, il s'agit juste de la liberté de porter mon voile comme je l'entends".