Les femmes appelées à faire grève le 8 mars en Belgique

Manifestations féministes à Bruxelles le 8 juin 2017
Manifestations féministes à Bruxelles le 8 juin 2017
Un collectif féministe appelle les femmes à faire grève le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, se basant sur la grève espagnole du 8 mars 2018 qui avait fait descendre 5 millions de personnes dans les rues.
A lire aussi
Energie Femmes, le réseau pro bienveillant pour prendre sa carrière en main
News essentielles
Energie Femmes, le réseau pro bienveillant pour prendre...

Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le "Collecti.e.f 8 maars" appelle toutes les femmes de Belgique à arrêter de travailler et à faire grève.

Le collectif s'est appuyé sur l'exemple de la grève qui a eu lieu en 2018 en Espagne et qui avait réuni plus de cinq millions de personnes dans la rue.

Les grévistes ont de nombreuses demandes comme l'égalité des salaires et de meilleures conditions de travail.

Dans le manifeste qui liste leurs revendications, ces femmes qui appellent à la grève explique : "Les femmes participent à tous les aspects de la vie, c'est pourquoi cette grève va plus loin que le travail salarié, et touche également au travail domestique, au soin aux autres, à la consommation et aux études. Lançons donc un message fort à la société : 'si les femmes s'arrêtent, le monde s'arrête'".

Elles disent en avoir assez de la "précarité économique organisée" qui maintient les femmes dans les temps partiels et dans des métiers dévalorisés, faisant des femmes "des travailleuses pauvres et dépendantes."

Elle veulent également combattre les inégalités salariales, le manque de crèches, les violences gynécologiques, les violences et le fait que les femmes soient les seules pour la majorité à prendre en charge le travail domestique. Elle en ont également "assez d'être discriminées partout sur base de nos couleurs de peau, de nos origines, de nos revenus, de nos genres, e nos orientations sexuelles, de nos croyances".

La dépénalisation de l'avortement en Belgique

Leurs demandes se placent aussi sur le terrain de la politique migratoire qu'elles jugent racistes, mais également de l'environnement.

Aussi, parmi les revendications qu'elles portent, on retrouve la dépénalisation de l'avortement en Belgique. Comme le rapporte la RTBF, 70 % des Belges ne sont même pas au courant que l'avortement est encore un délit. Il est donc passible de prison. En 7 ans, 50 cas de femmes ayant pratiqué des avortements se sont retrouvées devant les tribunaux à cause de cette disposition du code pénal.

Plusieurs syndicats se sont joints au mouvement et déposeront un préavis de grève pour le 8 mars pour couvrir leurs adhérentes qui souhaiteraient faire grève.

En plus de cette grève du travail rémunéré, le collectif appelle à la grève du soin des autres, de la consommation et à la grève étudiante.

Les revendications sont pour la grande majorité les mêmes que les féministes françaises. Se tenait le 26 janvier janvier une grande réunion du collectif #NousToutes à l'origine de la marche du 24 novembre dernier. Elle a réuni 700 participant·es pour réfléchir à quelle suite donner au mouvement. Pourquoi pas une grève générale des femmes en France le 8 mars ?