"Pourriez-vous juste arrêter de juger les parents sur 5 minutes de leur vie ?"

"Pourriez-vous juste ARRÊTER de juger les parents sur 5 minutes de leur vie ?"
"Pourriez-vous juste ARRÊTER de juger les parents sur 5 minutes de leur vie ?"
Sur Twitter, une mère pousse un coup de gueule pour fustiger tous ceux et toutes celles qui jugent les parents sur leurs méthodes d'éducation sans connaître le contexte. Son post a été salué par de nombreux internautes.
A lire aussi

Et si on arrêtait de juger les parents sur leur méthodes d'éducation ? Voici le plaidoyer de celle qui tient le compte Twitter "Maman BCBG", suivi par plus de 2000 personnes.

Le 24 janvier, elle publie un post coup de gueule en réaction à un tweet sur le même réseau social (supprimé depuis) d'une prof de maths, critiquant une femme qui aurait laissé son enfant regarder une vidéo sur un smartphone.

"Il est tard et je n'ai pas l'habitude de tweeter à chaud mais... J'aimerais réagir à l'histoire qui circule sur cette maman qui a collé sa fille devant son téléphone dans une salle d'attente : Pourriez vous juste ARRÊTER de juger les parents sur 5 minutes de leur vie ?", écrit Maman BCBG.

S'ensuit toute une série de tweets dans laquelle elle donne des exemples où n'importe qui se permet de commenter à tort et à travers le laxisme de certains parents, à l'instar de l'anecdote de l'enseignante et du téléphone.

En 2016, une maman photographiée à son insu dans la salle d'attente d'un aéroport avait reçu de violents commentaires sur les réseaux sociaux, après la publication d'un cliché sur lequel on la voit assise, avec à ses pieds, son bébé allongé sur le sol.

La scène a indigné de nombreux internautes et la jeune maman, choquée par la violence de ces propos émanant de centaines d'inconnu·es, s'était sentie obligée de se justifier et de préciser les raisons pour lesquelles sa fille était couchée par terre.

"Nous avons eu la malchance d'être coincées dans l'aéroport pendant des heures. J'avais porté Anastasia dans mes bras pendant de nombreuses heures. Mes bras étaient fatigués. Elle devait s'allonger. Et je devais répondre à tous les membres de ma famille qui me demandaient où nous étions," a-t-elle expliqué un an plus tard au journal Today.