Vous vous engueulez devant vos enfants ? Ce n'est pas si grave

Se disputer devant un enfant
2 photos
Lancer le diaporama
Vous vous disputez devant vos enfants ? Rassurez-vous, cela ne fait pas de vous des parents indignes. Une récente étude américaine va même jusqu'à affirmer que ce serait plutôt une bonne chose.
A lire aussi
10 bonnes raisons d’emmener vos enfants au bureau
Mag
10 bonnes raisons d’emmener vos enfants au bureau

Hier, vous étiez crevée, lui/elle aussi. La dispute, pour une histoire de vaisselle, a fini par éclater, sous les yeux médusés de vos enfants. Et même si l'objet de discorde était somme toute ridicule et sans conséquence sur le bien-être et l'équilibre de votre couple, vous ne pouvez pas vous empêcher de culpabiliser à l'idée de vous être donnée en spectacle devant vos bambins.

Arrêtez tout : ce n'est pas un drame. D'après des chercheurs et des chercheuses de l'Université de Washington, ce serait même plutôt une bonne chose. Cette étonnante conclusion a été publiée dans la revue Emotion. L'étude a suivi 109 couples de parents américains qui ont dû se prêter à quelques expériences.

Divisés en plusieurs groupes, les parents ont participé à des exercices, avec ou sans leurs enfants. L'un d'entre d'eux consistait à prendre la parole en public puis à essuyer des commentaires négatifs de l'assistance.

Les volontaires ont également été invités -cette fois avec leurs enfants- à jouer aux Lego. Les enfants ont dû expliquer à leur parent comment construire le jeu de Lego. La relation est donc inversée, puisque ce sont les bambins qui guident et commandent les parents dans cet exercice.

Au cours de ces activités, les scientifiques à l'origine de l'étude ont mesuré le taux de stress des participant·es, ainsi que le niveau de leur fréquence cardiaque grâce à des capteurs sensoriels. "Nous avons étudié la réactivité, la qualité des interactions, comment les enfants arrivaient à guider leurs parents etc", explique Sara Waters, autrice principale de l'étude.

"Les enfants sont doués pour capter les signaux"

Les résultats de ces analyses ont montré que les parents qui refoulaient leur stress ou autres émotions négatives s'avéraient être des partenaires de jeu beaucoup moins collaboratifs que ceux qui n'hésitaient pas à montrer leur ressentiment vis-à-vis d'une situation.

De la même manière, les enfants dont les parents n'exprimaient pas leur émotion ont adopté une attitude significativement moins positive au cours du jeu.

"Les enfants sont doués pour capter les signaux. S'ils sentent que quelque chose de négatif est arrivé et que les parents agissent normalement, c'est déroutant pour eux. Ce sont deux messages contradictoires qui leur sont envoyés", souligne Sara Waters.

Alors la prochaine fois que quelque chose vous turlupine, n'essayez pas de le cacher à votre enfant : il s'en rendra probablement compte tout seul. À la place, expliquez-lui pourquoi vous réagissez comme ça, que ça va passer mais que là tout de suite, il faut que ça sorte (dans la mesure du raisonnable et de la décence, bien évidemment.)