Elle avait inspiré Blanche-Neige : l'actrice Marge Champion est morte à 101 ans

Marge Champion, iconique reine.
Marge Champion, iconique reine.
Vous ne la connaissez peut-être pas, et pourtant, l'actrice Marge Champion est légendaire : elle a inspiré Blanche-Neige. Elle vient de décéder ce 21 octobre à l'âge de 101 ans. Retour sur une figure aussi inspirante que discrète.
A lire aussi

Avec un nom comme celui-ci, on ne pouvait être que glorieuse. L'américaine Marge Champion vient de nous quitter à l'âge de 101 ans, nous apprend la chaîne britannique BBC. Championne, elle l'était. Comédienne, elle a connu l'âge d'or d'Hollywood, danseuse professionnelle et chorégraphe, elle était célébrée pour ses performances. Mais au creux de cette carrière, Marge Champion a surtout été une source d'inspiration. Et pas des moindres.

Dans la seconde moitié des années trente, Walt Disney et son équipe d'animateurs chevronnés oeuvrent pour ce qui restera l'un des plus grands chef d'oeuvre de l'entreprise : Blanche-Neige et les sept nains. Mais comment rendre les mouvements de la protagoniste - et ennemie à vie de la Reine-Sorcière - plus limpides et réalistes, notamment lorsque le personnage danse en compagnie de ses nains ? Très vite, le modèle est tout trouvé : la jeune actrice et chanteuse, dont le père, le professeur de ballet Ernest Belcher, connaît bien Walt Disney.

Et c'est le talent de sa jeune fille qui finira d'écrire la légende. Dans l'histoire du cinéma, la "dancing queen" californienne restera donc "celle qui a inspiré Blanche-Neige", et ce alors qu'elle n'avait même pas vingt ans.

Une étoile d'Hollywood

Marge Champion, étoile à la vie fascinante.
Marge Champion, étoile à la vie fascinante.

Mais Marge Champion, ce n'était évidemment pas que ça. Son expressivité et sa justesse corporelle inspireront également une autre création emblématique de Walt Disney : la Fée Bleu de Pinocchio, autre personnage très mouvant apparu en 1940. Dix ans plus tard, la danseuse expérimentée enchaîne les rôles, à l'écran cette fois-ci. On la retrouve aussi bien devant la caméra de Stanley Donen (Donnez-lui une chance) que sous l'objectif de Mervyn LeRoy (Les rois de la couture). Des grands noms du cinéma hollywoodien s'il en est.

Et malgré sa relative discrétion, les hommages pleuvent déjà pour célébrer cette actrice de l'ombre de l'usine à rêves, qui aura aussi bien connu Hollywood que Broadway. Alors que certaines voix admiratives pleurent une "légende de la danse" et d'autres un profil iconique du musical (notamment pour sa performance dans la production MGM Show Boat), le designer Eddie Sotto, employé par Disney, remercie la comédienne et chorégraphe d'avoir su "injecter l'illusion de la vie" dans ce qui n'était alors que des silhouettes animées.

C'est un peu de notre enfance qui s'évanouit.