Notre petit guide pratique pour faire l'amour sur la plage

Notre petit guide pour faire l'amour sur la plage
Notre petit guide pour faire l'amour sur la plage
Le soleil est chaud, le ciel est bleu et votre désir aussi caniculaire que les températures. L'occasion de se laisser aller à quelques culbutations sur la plage, mais pas n'importe comment. On vous explique comment s'y prendre, principalement pour éviter de se taper des infections post coït dans le sable.
A lire aussi

Faire l'amour à la plage arrive souvent en haut des défis qu'on se lance avant de partir en vacances - et aussi des façons insolites de s'envoyer en l'air. On ne sait pas si c'est l'air des embruns ou le fait d'être déjà presque à poil qui nous excite autant, mais avouons que ça marche plus que de raison.

Le problème, c'est que ce n'est pas qu'une partie de plaisir. Il y a aussi de nombreux obstacles à prendre en compte avant de se concentrer sur notre orgasme maritime. On vous donne quelques conseils pour prendre votre pied, et ce sans chopper d'infections à cause du sable. Suivez le guide.

1- S'assurer du timing

La plage, c'est chouette, mais la plage, c'est bondé. Entre les familles qui décident d'installer leur tente anti-UV pour marmots à vingt centimètres de votre serviette et ceux qui restent jusqu'au coucher du soleil pour profiter de l'air plus frais, difficile de se trouver un temps pour soi et son ou sa partenaire.

Evidemment, la meilleure opportunité reste de copuler une fois la nuit tombée, avec pour seule compagnie les rayons du clair de lune qui ne manqueront pas de sublimer la vôtre. Le bruit des vagues qui caressent le sable encore brûlant accompagneront votre va-et-vient torride - on a des frissons rien que d'y penser.

Pour celles et ceux qui ne seraient pas satisfaits par une session nocturne (on comprend, voir le corps de l'autre c'est bien, aussi), il ne vous reste qu'une chose à faire : du repérage. Essayer de trouver un petit lopin de sable niché entre quelques rochers, à l'abri des regards curieux. L'interdit rend les choses follement excitantes.

2- Prendre une serviette

Le confort avant tout - et la santé aussi. Qui dit mer dit aussi sable, et il n'y a rien de plus embêtant quand on se lance dans une aventure coquine que de se retrouver avec des grains qui squattent notre région vulvaire. Ça gratte, ça fait mal, et ça peut aussi l'irriter plus sérieusement.

Pas de quoi paniquer si c'est déjà le cas, il suffit de vous rendre à la pharmacie du coin ou de passer un coup de fil à votre gynéco pour être rapidement rassurée - si celui ou celle-ci ne s'est pas déjà barré·e en vacances au Cap Ferret.

Si vous lisez ces lignes à temps, munissez-vous d'une serviette propre afin de tapisser le lieu de vos ébats d'un tissu protecteur, qui officiera de barrière contre les grains sournois. Et pour mettre toutes les chances de votre côté niveau sécurité, fixez les bouts avec vos affaires, un seau qui traîne par-là ou des pierres si vous en avez sous le coude.

3- Privilégier le sexe "calme"

Rassurez-vous, par "calme" on parle de l'enchaînement des positions et non de l'intensité du rapport. On peut très bien jouir plusieurs fois en cuillère, et s'emmerder comme un rat mort quand on tente d'imiter le Cirque du Soleil. La simplicité a son petit effet, et reste surtout extrêmement conseillée en cas de sexe en bord de mer.

On recommande donc d'opter pour la cuillère, mentionnée plus haut, notamment grâce à sa facilité d'exécution ; on a juste à baisser nos maillots de bain respectifs pour obtenir un accès direct à nos sexes, et opter pour une pénétration (pénienne ou digitale), en toute tranquillité. De plus, sentir le corps de l'autre contre soi, humide et chaud, a de quoi nous rendre dingue.

Autre option : asseyez-vous tout.es les deux face à face (sur une serviette, toujours), et grimpez-lui dessus en enroulant vos jambes autour de sa taille. Cette fois, c'est vous qui êtes en contrôle, et cette position de pouvoir associée à la crainte de se faire prendre ajoutera un piment non négligeable à la situation.

4- Adopter le bain de minuit

Si en temps normal, il n'y a pas urgence de se laver après un rapport (le sperme n'est pas sale, il n'infectera donc pas votre vagin), il reste cependant important de se rincer pour empêcher à de potentiels grains de sable - encore eux - de se frayer un chemin entre vos cuisses.

Et à moins que vous ayez prévu un litre d'eau minérale dédié à votre intimité, la seule option reste de foncer dans l'eau qui vous entoure. Une façon de finir ce moment volé en beauté, voire de le poursuivre une fois immergé·es. (Vous en profiterez aussi pour faire pipi ni vue ni connue, cette étape étant essentielle contrairement à la toilette).

Vous êtes maintenant prête à profiter de votre été comme il se doit, alors ne nous décevez pas.