Carli Lloyd, première femme à intégrer la Ligue nationale de football américain ?

Carli Lloyd, une championne so girl power.
Carli Lloyd, une championne so girl power.
La double championne du monde de football féminin Carli Lloyd a impressionné la Toile avec la vidéo de son "field goal" de 50 mètres. Avec cet exploit, la sportive pourrait bientôt rejoindre la Ligue nationale de football, une institution... exclusivement masculine.
A lire aussi

Elle a le sourire victorieux, les gestes précis et puissants, et un parcours tout aussi punchy. Double championne du monde de football féminin, Carli Lloyd, 37 ans, pourrait bientôt intégrer... une équipe masculine de football masculin. Et ce virage inattendu, elle l'a provoqué en diffusant sur ses réseaux sociaux une vidéo spectaculaire. Sur ces images mises en ligne le 20 août dernier, on la voit décocher face-caméra un "field goal" (ou "botté de placement" dans la langue de Molière) de cinquante mètres. Un magnifique tir effectué durant un entraînement de l'équipe des Philadelphia Eagles, et qui aussi bien suscité les retweets (par milliers) que les offres prestigieuses.

Et parmi elles donc, la possibilité de rejoindre la National Football League (ou NFL), la légendaire ligue de football américain exclusivement masculine, et ce au poste de "kicker" (le joueur chargé de frapper les "field goals"). L'idéal s'il en est pour renvoyer sur le banc de touche les préjugés les plus vieillots - et autres supporters misogynes. Ce challenge aussi athlétique que symbolique est loin d'effrayer la championne. "Au début, j'en rigolais un peu. Mais plus j'en parle avec mon mari - il est tout à fait 'pour' - avec mes amis et ma famille, et plus ils m'encouragent à saisir cette opportunité", s'est-elle réjouie du côté du Washington Post.

"C'est réel"

Carli Lloyd, une double championne en or.
Carli Lloyd, une double championne en or.

On s'en doute, tout le monde n'est pas jouasse à l'idée de voir une sportive évoluer dans une équipe masculine. Mais Carli LLoyd n'a cure de cette réticence très "vieux monde" et rétorque par une confiance en elle des plus salvatrices. "Je n'ai pas peur de prendre position devant le monde entier", affirme-t-elle au média américain, "car j'ai toujours été comme ça. Je n'ai jamais eu peur d'affronter des garçons". D'ailleurs, lorsqu'on lui évoque le niveau de compétences physiques qu'un tel poste supposerait, comme cette idée de se confronter sur le terrain à "des hommes de grand gabarit", elle affirme, du haut de ses quatorze ans de carrière en équipe nationale, en être totalement consciente. Aimer la pression. Et être "mentalement coriace".

Et ce n'est pas son fidèle entraîneur James Galanis qui contredira ses espoirs intensément girl power. "C'est devenu réel, nous y pensons vraiment", déclare-t-il aux plus sceptiques. Une équipe de la prestigieuse ligue de football masculin lui a même passé un coup de fil la semaine dernière. L'idée ? Que Carli Lloyd participe à un prochain match. Match dont la date concordait hélas avec un autre : celui de l'équipe nationale au sein de laquelle la sportive évolue. Une occasion manquée pour cause de calendrier, mais une preuve que l'intérêt est là et, par-delà le buzz, ne faiblit pas.

La soccer girl est très inspirante.
La soccer girl est très inspirante.

Evidemment, l'arrivée de Carli Lloyd dans les rangs de la National Football Ligue serait un événement historique à plus d'un titre. "Je pense que tout est possible. Nous sommes un peu à la croisée des chemins en ce qui concerne l'égalité et l'autonomisation des femmes", explique-t-elle en ce sens à la chaîne de télévision Planet Futbol. Une croisée des chemins que The Boston Herald envisage avec enthousiasme. "Le jour viendra où une femme se lancera dans la NFL, et si elle le fait bien elle gardera son poste. C'est du football", nous assure le journaliste Tom Keegan. Au chroniqueur, la footballeuse Abi Vestal (soit la première femme à jouer dans l'équipe de football universitaire de Lawrence High, au Kansas) affirme même à l'unisson qu'il n'y a aucune raison "qu'une femme ne devienne pas une vedette de la Ligue nationale de football". Une conviction que le Boston Herald appuie avec ce titre en forme de prévision oraculaire : "Si ce n'est pas Carli Lloyd, quelqu'un finira bien par abattre la barrière des sexes de la NFL".

Une évolution qui se fait attendre et peut représenter une grosse pression pour Carli Lloyd. Mais la sportive, qui se proclame "compétitrice", y va avant tout de son adage philosophique : "nous verrons ce que l'avenir nous réserve". En attendant, elle se concentre désormais sur les prochains matchs de l'équipe nationale de football féminin. En sachant cependant que bien des regards se tournent vers elle... et vers son splendide field goal.