Le gel hydroalcoolique dangereux pour la peau ? Des médecins alertent

Le gel hydroalcoolique dangereux pour la peau ? Des médecins alertent
Le gel hydroalcoolique dangereux pour la peau ? Des médecins alertent
En Espagne, des dermatologues mettent en garde quant à l'effet nocif du soleil sur la peau lorsque celle-ci a été lavée avec du gel hydroalcoolique. En cause : la réaction de la solution sous de fortes chaleurs.
A lire aussi

Alors que le déconfinement se poursuit, le respect des gestes barrières demeure indispensable. Un mètre de distance entre deux personnes, tousser dans son coude et laver ses mains fréquemment sont quelques-unes des règles à suivre pour éviter un nouveau pic épidémique. Et lorsque l'accès à un lavabo est impossible, les expert·e·s recommandent d'utiliser du gel hydroalcoolique.

Seulement avec l'arrivée de l'été et la hausse certaine des températures (elles vont atteindre jusqu'à 34°C en France jeudi 25 juin), l'application de la solution pourrait s'avérer dangereuse. C'est un article du quotidien espagnol El Mundo qui alerte sur le potentiel corrosif de l'association du soleil et du gel. Marta Frieyro, dermatologue, y soulève ainsi que le pourcentage élevé d'alcool dans le gel hydroalcoolique pourrait, lorsqu'il est associé à la lumière du soleil, provoquer des brûlures cutanées.

Le danger vient davantage des parfums que du gel en lui-même

Dans un communiqué, la Société Française de Dermatologie explique à son tour : "Les solutions hydroalcooliques sont toujours composées d'un alcool (éthanol ou isopropanol) et d'un agent antibactérien (peroxyde d'hydrogène, chlorhexidine...). On retrouve parfois aussi dans la formule des agents moussants ou des parfums. Au soleil il faut éviter les produits parfumés qui peuvent entraîner des pigmentations."

Des propos que la docteure Marie-Claude Marguery, photodermatologue au CHU de Toulouse, confirme auprès de France Bleu. "Ce sont les parfums contenus dans les gels qui sont dangereux pendant une exposition au soleil et qui entraînent un risque de phototoxicité, c'est à dire un gros coup de soleil qui laisse des traces brunâtres sur la peau. Si on veut utiliser une solution hydroalcoolique, il faut vérifier qu'elle ne contient pas de parfum."

Pour Pierre Parneix, médecin de santé publique et d'hygiène hospitalière au CHU de Bordeaux, ce risque de brûlure serait "accru par la sécheresse de la peau" provoqué par le gel, indique-t-il au HuffPost. Il avise donc simplement d'hydrater davantage sa peau lorsqu'on l'expose au soleil.

Eviter l'application de gel avant ou après la baignade

Autre consigne de la part de Dre Marie-Claude Marguery : éviter l'application avant ou après la baignade. "L'eau va diluer les composants, dont l'alcool, et ainsi la solution perd de son efficacité par baisse du degré alcoolique du produit. Les gels hydroalcooliques contenant du peroxyde d'hydrogène, exposés à l'eau vont entraîner une réaction exothermique ('qui chauffe', précise France Bleu) et que – comme l'eau oxygénée – ces produits sont irritants. Si la SHA contenant du peroxyde d'hydrogène est utilisée avant une baignade, une irritation peut donc survenir."

Catherine Oliverès-Ghouti, dermatologue et membre du Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV), intime quant à elle à 20 Minutes que le gel hydroalcoolique n'a pas grande utilité à la plage. "Là-bas, a priori, on ne touche aucun bouton d'ascenseur ni de poignée de porte, mais seulement ses propres affaires et le sable". On mise cependant sur la prudence, et on se lave les mains dès que possible.