Georges Pernoud : 40 ans de Thalassa et de mariage avec sa femme Monique

40 ans déjà que le présentateur de France 3 reste fidèle aux rendez-vous du vendredi soir. 40 ans c'est aussi l'âge de sa fille aînée, et le nombre de ses années de mariage avec son épouse et la mère de ses deux enfants.
A lire aussi

Lancée en septembre 1975, l'émission culte de France 3 fête cette année ses 40 ans d'existence. Un véritable exploit dans le paysage audiovisuel français. Une pérennité due sans conteste à son créateur et présentateur depuis toujours, Georges Pernoud. Ce passionné de la mer se raconte à l'occasion de cet exceptionnel anniversaire dans un livre intitulé "Bon vent", bien sûr.

Dans cette autobiographie, l'animateur évoque notamment le lien étroit entre son émission et sa vie de famille. C'est d'abord son père qui lui inspire le nom de l'émission comme il le précise dans une interview à France Dimanche. "Si j'ai grandi à Ifrane, au Maroc. Mon père, Jean, est ensuite venu vivre avec sa famille en France. Ce conteur, qui lisait le grec et le latin couramment, m'a inspiré le titre de l'émission : en grec, le mot thalassa signifie la mer."

A cette époque il a déjà rencontré et épousé Monique, qui a construit sa carrière au ministère des Finances. "Nous nous sommes mariés en juillet 1973. Et quarante plus tard, comme avec Thalassa, nous sommes inséparables !" précise-t-il.

Ensemble, ils ont eu deux filles : Fanny qui est née la même année que l'émission, et sa soeur Julie venue au monde trois ans plus tard. Les deux femmes ont d'ailleurs suivi la voix de leur célèbre père. L'une est journaliste, l'autre est directrice de production. "Monique, mon épouse, et moi sommes très fiers d'elles. Mais je reste le seul homme de la tribu", confie Georges Pernoud qui est aussi le grand-père de Maé, 11 ans.

Quand à la retraite, hors de question d'aborder le sujet avec lui, ce n'est pas pour tout de suite. "Passer la main, je n'y pense pas, pour l'instant. Je n'ai pas du tout envie de prendre ma retraite. A partir du moment où "Thalassa" fonctionne et où l'on a des spectateurs, il n'y a pas de raison de s'arrêter", précisait-il l'année dernière au site suisse Bluewin.