Balance Ta Dick Pic, le compte Twitter qui dénonce les exhibos 2.0

Balance Ta Dick Pic, le compte Twitter qui pointe la volonté de domination derrière l'exhibition 2.0
Balance Ta Dick Pic, le compte Twitter qui pointe la volonté de domination derrière l'exhibition 2.0
Lancé en mars 2019, le compte Balance Ta Dick Pic veut protéger les victimes de ce type de harcèlement en leur permettant de dénoncer leur expéditeur sur Twitter, anonymement ou non, en postant les captures d'écran des photos de pénis qu'elles reçoivent sans consentement. On a posé quelques questions à ses fondatrices.
A lire aussi
"T'as pensé à ?", le compte Instagram qui dénonce la charge mentale
News essentielles
"T'as pensé à ?", le compte Instagram qui dénonce la...

A l'heure où un sondage révèle que 70 % des femmes auraient déjà reçu une photo de pénis non-sollicitée, un compte Twitter créé par un groupe de militantes féministes a décidé d'agir pour les protéger. Balance Ta Dick Pic, en référence au mouvement Balance Ton Porc, le #MeToo français, expose sur Twitter les captures d'écran de messages et de photos de sexes masculins reçus par des destinataires non-consentantes. Ces dernières leur envoient pour dénoncer un phénomène inacceptable qu'elles ne veulent plus supporter.

On a posé quelques questions aux fondatrices pour savoir ce qui les a motivées à créer cette page de justice 2.0, pourquoi elles postent aussi les pseudos des expéditeurs et la raison, selon elles, derrière ces comportements aujourd'hui qualifiés de harcèlement sexuel, qui ne seraient qu'une volonté pure et dure de domination et d'humiliation des femmes.

Derrière leur démarche, la nécessité d'en parler et de ne pas laisser ces actes impunis.

Terrafemina : Quand et pourquoi avez-vous créé Balance Ta Dick Pic ?

Balance ta dick pic : Notre compte a été créé en mars 2019 à l'initiative d'un groupe de militantes féministes. Pourquoi ? Un gros ras-le-bol. Nous sommes nombreuses à recevoir régulièrement des photos de pénis en messages privés. Sur Twitter mais pas que, car cette pratique se retrouve partout sur les réseaux sociaux, et sur internet de manière générale. Et beaucoup d'hommes semblent ignorer qu'ils se rendent coupables devant la loi de harcèlement sexuel (l'article 222-33 du code pénal est passible de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende pouvant être portées à trois ans d'emprisonnement et 45 000 € d'amende- ndlr).

Qui plus est, difficile de compter sur le soutien des équipes de modération ou de la police. À l'heure actuelle, ces individus agissent en toute impunité et cela ne peut plus durer.

Quel est le but de ce compte Twitter ?

Notre but premier est de permettre aux femmes de se protéger de ces hommes. Par ailleurs, nous espérons que notre initiative aidera les femmes qui reçoivent ces photos à briser le silence, en leur montrant qu'elles ne sont pas seules et qu'elles sont soutenues.

Nous aimons à répéter que la honte doit changer de camp car trop souvent les femmes suppriment ces photos et ne disent rien. Et ces hommes continuent à envoyer des photos de leur pénis à toujours plus de victimes, sans être le moins du monde inquiétés.

Pourquoi avez-vous décidé d'afficher le nom et pseudo des auteurs de ces clichés ?

Le but premier de notre initiative est de permettre aux femmes de se protéger. Nous avons depuis longtemps pris l'habitude entre nous de nous transmettre ce genre d'informations pour éviter les individus dangereux mais cela reste limité à des cercles restreints, très souvent amicaux. Publier ces informations publiquement sur un compte Twitter permet ainsi à beaucoup plus de femmes de bloquer ces individus de manière préventive.

Qu'est- ce qui pousse ces hommes à agir de la sorte selon vous ?

Envoyer une photo de son pénis n'est pas un acte anodin et il serait naïf de croire que ces hommes imaginent déclencher du désir chez leur victime. Non, ces hommes retirent du plaisir à imposer aux femmes la vision de leur pénis et à nier leur consentement.

Au-delà du caractère exhibitionniste de cette pratique, il y a une volonté claire de domination et d'humiliation. Et nier le caractère profondément misogyne de cette pratique serait hypocrite. Les femmes n'envoient pas de photos de leur vulve à des inconnus sans leur consentement.

Avez-vous tout de suite reçu des photos de la part des internautes après l'ouverture du compte ?

Oui malheureusement, nous avons très rapidement reçu des messages privés de victimes, soulagées de pouvoir dénoncer anonymement le ou les hommes qui les avaient harcelées. Cela montre l'ampleur du problème.