Inde : Une chaîne humaine de 620 km pour demander plus d'égalité

Des femmes de l'Etat du Kerala le 1er janvier
Des femmes de l'Etat du Kerala le 1er janvier
Le 1er janvier, trois millions de femmes se sont réunies pour réaliser une chaîne humaine et demander l'égalité dans la religion et dans la société, selon les organisateur·rices.
A lire aussi
Tout comme les hommes, les femmes n'hésitent pas à demander une augmentation
News essentielles
Tout comme les hommes, les femmes n'hésitent pas à...

Les règles souffrent encore de beaucoup de superstitions. Ne dit-on pas, par exemple, qu'une femme qui a ses règles ne doit pas s'approcher de la mayonnaise de peur de la faire tourner ? Ridicule ? On trouve aussi.

En Inde, elles sont d'ailleurs si tabous que les femmes en âge d'être menstruées, de 10 à 50 ans, se voient interdites d'entrée dans certains temples à cause de leur supposée impureté.

Mais la Cour Suprême les a autorisées à se rendre depuis le mois d'octobre dans le temple d'Ayyappa, à Sabarimala, un lieu-dit de l'état du Kerala, dans le sud-ouest de l'Inde. L'un des monuments les plus sacrés de l'hindouisme.

Cette décision d'ouvrir le temple à la prière ne plaît pas aux intégristes hindous. Naradra Modi, le Premier ministre indien qui est un nationaliste et un hindouiste, s'oppose lui aussi à cette évolution et parle de tradition qui passe avant l'égalité.

Plusieurs femmes ont tenté de se rendre à Sabarimala depuis la décision de la Cour Suprême. Bien qu'elles aient été protégées par la police, deux d'entre elles ont été caillassées en octobre avant de pouvoir l'atteindre. Le mois suivant, 14 femmes ont fait le périple avant d'être arrêtées par une manifestation.

Si bien que les deux premières femmes a être allées prier dans ce temple n'ont pu le faire que ce 2 janvier très tôt le matin et ont dû être encadrées par des policiers comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessous.

Les deux femmes entrent dans le temple

Plutôt que d'entrer par la porte principale et de monter les 18 marches sacrées du temple, elles ont dû entrer par la porte réservée au personnel.

Une chaîne humaine de 620 kilomètres

Plus tôt dans la semaine, mardi 1er janvier, trois millions de femmes selon les organisateur·trices, ont créé une chaîne humaine de 620 kilomètres ! Elles entendaient également militer pour plus d'égalité dans la religion mais aussi plus généralement pour plus de droits.

Une jeune manifestante, Kavita Das, a partagé son espoir à la BBC en hindi : "C'est une excellente façon de dire à quel point les femmes sont puissantes et comment nous pouvons nous autonomiser et nous entraider. Bien sûr, je soutiens l'idée de permettre aux femmes de tous âges d'entrer dans le temple. Je ne pense pas que la tradition ou un retard quelconque devrait arrêter les femmes. Celles qui veulent prier doivent avoir le droit de prier."

Ce temple de Sabarimala est ouvert seulement en hiver et n'accueille des fidèles que s'ils ont réalisé une période de quarante jours de cheminement spirituel.

Après le passage au temple de ces deux femmes, il a été fermé pendant une heure et demi pour "purification".

Les lieux interdits aux femmes dans les religions sont nombreux. Pour les chrétiens, on peut citer le mont Athos en Grèce.