Société
Indya Moore rend hommage aux femmes trans assassinées avec des bijoux saisissants
Publié le 9 septembre 2019 à 20:02
Par Clément Arbrun | Journaliste
Passionné par les sujets de société et la culture, Clément Arbrun est journaliste pour le site Terrafemina depuis 2019.
"Les femmes transgenre méritent des soins de santé, un logement, la sécurité et une visibilité"... Par sa tenue et ses mots, la mannequin et comédienne Indya Moore a rendu un vibrant hommage aux grandes oubliées de la société américaine.
Les bijoux de Indya Moore rendent hommage aux femmes trans assassinées Les bijoux de Indya Moore rendent hommage aux femmes trans assassinées© Getty Images
La suite après la publicité

"Le meilleur prix, celui que nous méritons tous, serait de pouvoir rentrer chez nous en toute sécurité". Ces mots puissants sont ceux de la mannequin transgenre Indya Moore, bien connue des fans de la série Pose. Ce jeudi 5 septembre, à l'occasion de la septième édition des Daily Media Fashion Awards, l'actrice de 24 ans recevait le prestigieux prix de la meilleure Une de magazine. Récompensée pour cette belle couverture du magazine Elle de juin 2019, l'égérie de Louis Vuitton a brillé par la force de son geste. Sur scène, elle a défendu les droits des femmes transgenre en leur rendant un hommage éminemment symbolique.

Tout est dans les détails. Voyez plutôt. Ce soir-là, sur le tapis rouge, Indya Moore portait de ravissantes boucles d'oreille. Des bijoux riches de sens, en vérité : soigneusement conçues par le créateur Areeayl Yoseefaw, ces boucles se comptent au nombre de seize. Pourquoi ? Car tel est le nombre des femmes transgenre assassinées depuis le début de l'année aux Etats-Unis. Et sur chacune de ces boucles, on remarque d'ailleurs la photo desdites victimes. De quoi envisager ces bijoux comme une sorte d'autel à leur mémoire.

Hélas, entre la conception de ce bijou et sa présentation lors l'événement, on a dénombré (encore !) un assassinat de plus, dans l'Etat de Baltimore. Une victime de trop. De quoi conférer d'autant plus d'impact au geste de la jeune artiste. Et à ses mots...

"Une épidémie nationale croissante"

Voir cette publication sur Instagram

Thank you Aree, for sharing your keepsake earings so I could bring my sister's with me tonight. Just Like me these women dare to exhaust their freedom to exist by being visible, however, instead of being celebrated, they were punished for it. While we make up .6 percent of the American population, The life expectancy of trans women/femmes is 35 years old. Existence that requires bravery is not freedom. A life that requires bravery is not free. I accept this award in honor of the truth that The best award and the award we all deserve is to be able to get home safe. I accept this award in good faith that my recognition doesn't lead to the Erasure of other trans and GNC folks who also deserve health care, housing safety in visibility, magazine covers, runways, leading film and tv roles, doctorates degrees, high school diplomas, college educations and representation everywhere. Jewelry @kbhjewels Make up @aerieldandrea Hair @monaeartistry Style @iancogneato dress @oscardelarenta repost @beadsbyaree The first "Keepsake" earring was created to honor my Iya (godmother) who passed this April. Not knowing what to do in the darkest times of my life, I held on to love. I was inspired by love and representation of it. In each frame I inserted images of my sisters who my Iya has raised. They carry her in their faces and are a reminder of her presence to me simply by being themselves. We're all entangled. We may look like one person but we show up as many. @iancogneato contacted me with a mission for the earrings. He was prepping @indyamoore to receive the honor of Cover of the Year for ELLE at @dailyfrontrow. They wanted to pay tribute to and also build awareness for the 16 (now 17) trans women who were murdered this year in the USA. The issue is so pressing that after creating the earring and three days before the event, Bailey Reeves, a 17 year old girl from Baltimore was killed. For her, Indya carried a frame around with her face. @indyamoore's jewelry served as an altar and their speech was both a prayer for the future and a call to action. In their hour of celebration they put their trans sisters in the forefront.

Une publication partage par IAM (@indyamoore) le

Car si elle s'avoue touchée de la reconnaissance publique qu'elle suscite, Indya Moore désire avant tout mettre en lumière les anonymes qui, chaque jour, subissent les plus viles formes de discrimination. A savoir, ces personnes transgenre loin d'être "choyées" par le gouvernement Trump, et qui méritent "des soins de santé, un logement, la sécurité et une visibilité : des couvertures de magazines, une place dans les défilés, des rôles principaux dans les films et à la télévision", a ajouté la comédienne le temps d'un poignant post Instagram. Dans cette publication, elle dénonce les fortes inégalités qu'elle observe. D'un côté, une médiatisation toute relative des personnes transgenre, et de l'autre, une ignorance totale concernant ceux et celles qui se trouvent trop loin des spotlights, "dans la rue".

"Alors que nous représentons 0,6% de la population américaine, l'espérance de vie des femmes transgenre est seulement de 35 ans", a-t-elle encore déploré. Sur Instagram, la mannequin loue avec force leur "liberté d'exister". Et désire sensibiliser population et gouvernement à une situation plus que critique. Cette situation alarmante, le magazine de société The Cut la définit à juste titre comme "une épidémie nationale croissante".

Respect, visibilité, reconnaissance, sécurité et liberté sont encore de l'ordre de l'utopie pour les femmes transgenre, victimes de toutes sortes de violences au sein de la société américaine. Et plutôt que de l'ignorer, Indya Moore nous invite à porter cette réalité sur nous. Un mouvement fédérateur.

Mots clés
Société News essentielles Transgenre femmes Violences féminicide people Buzz Etats-Unis mode
Sur le même thème
"Chinetoque" : Oui, le racisme anti asiatique existe (Emilie Tran Nguyen s'alarme) play_circle
Société
"Chinetoque" : Oui, le racisme anti asiatique existe (Emilie Tran Nguyen s'alarme)
5 février 2024
"Nuit noire en Anatolie", une plongée saisissante dans l'enfer du patriarcat play_circle
Culture
"Nuit noire en Anatolie", une plongée saisissante dans l'enfer du patriarcat
14 février 2024
Les articles similaires
"Il n'y a pas de féminisme sans les femmes trans", défend Enora Malagré (merci !) play_circle
Société
"Il n'y a pas de féminisme sans les femmes trans", défend Enora Malagré (merci !)
26 avril 2024
"Une bonne à rien !" : Adriana Karembeu témoigne des insultes et violences de son père play_circle
Buzz
"Une bonne à rien !" : Adriana Karembeu témoigne des insultes et violences de son père
17 mai 2024
Trop sulfureuse ? Britney pose topless... Et se fait virer d'un hôtel ! play_circle
Buzz
Trop sulfureuse ? Britney pose topless... Et se fait virer d'un hôtel !
25 janvier 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news