J'ai testé pour vous un cours de boxe thaï

J'ai testé pour vous la boxe thaï
J'ai testé pour vous la boxe thaï
Les sports de combat, à l'instar de la boxe thaï, ne bénéficient pas toujours d'une bonne image, car jugés trop violents, surtout du côté des femmes. Pourtant, ils apportent de nombreux bienfaits tant pour le corps que l'esprit. Zoom sur une pratique encore trop sujettes aux a priori.
A lire aussi

En tant que personne relativement sportive, il m'arrive régulièrement d'être en quête d'une nouvelle activité en complément de ma pratique actuelle ou juste par curiosité. Je recherchais avant tout une sport permettant de travailler le cardio, assez complet d'un point de vue travail musculaire, mais aussi et surtout pour me défouler. Alors, pourquoi pas la boxe thaï ?

A l'origine utilisée par les militaires thaïlandais durant le XVIe siècle, la boxe thaï - également appelé Muay Thaï - fait partie des quatre disciplines de la boxe pieds-poings avec la boxe française (savate), le full-contact ainsi que le kick-boxing. Ce sport de combat, alliant coups de poings, pieds, coudes et genoux, se positionne certainement comme le plus physique de tous.

Pratiqué régulièrement, il permet de renforcer la ceinture abdominale, la chaîne postérieure et un bon travail de cardio. Une discipline complète donc, où l'on apprend avant tout à se dominer.

Quand j'ai décidé de me mettre à la boxe thaï, force est de constater que les préjugés entourant cette pratique avaient encore la peau dure. Une femme plutôt poids plume qui décide d'aller se frotter à des gros baraqués, cela intrigue forcément. Mais le ring se présente comme tout sauf un lieu de rencontre d'enragés bagarreurs, réunissant plutôt des personnes ayant pour seul objectif : le surpassement de soi.

Réveiller la boxeuse qui sommeille en moi

Rendez-vous pris, direction le gymnase Auguste Delaune, à Levallois, pour 20h30. Alors oui, ce n'est pas tôt mais en réalité, ce créneau est tout sauf contraignant. Il peut même se présenter comme un bon compromis lorsque l'on a une multitude d'impératifs à gérer dans la journée et souvent peu de temps pour soi.

Sur place, Jimmy et Azziz - qui sera aujourd'hui mon coach - m'accueillent. Baignant dans le milieu depuis dix ans, ce dernier travaille au Levallois Sporting Club depuis cinq ans.

Bien vite, je fais également la connaissance de mon groupe d'entraînement, aujourd'hui composé exclusivement de femmes. En discutant, je comprends bien vite que le profil des boxeuses est assez hétérogène et toutes ne pratiquent pas pour la même raison - ce qui peut grandement faciliter l'intégration des nouvelles recrues motivées mais novices en la matière. Julie a, elle, commencé la boxe thaï il y a 6 mois pour se libérer du stress et apprendre quelques techniques au cas où elle serait amenée à se défendre au quotidien. Une autre boxeuse, Clémence, y voit un complément à sa pratique du krav maga - une méthode d'auto-défense au "corps à corps" utilisée par l'armée et les services spéciaux israéliens face aux assaillants. Mais il y a aussi des habitués, comme Hassnaa, adepte depuis cinq ans et qui trouve dans sa pratique, une manière de se défouler et de booster sa confiance en soi au travail. Sans oublier les personnes curieuses et avides de sensations (comme moi aujourd'hui).

On est bien loin de l'image des gros molosses qui se tapent partout et surtout, dans ce club, on fait fi des préjugés. Si bien que, femmes et hommes s'entraînent même certaines fois ensemble - c'est tant mieux et d'autant plus stimulant. Un fait que Cédric Anad, un autre entraîneur mais aussi ancien champion du monde de kick-boxing explique ainsi : "Les filles ont leur place avec nous. Elle apportent un plus à cette discipline car elles plus sérieuses et concentrées que leurs compères." Un avis que partage mon coach d'un jour : "Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la boxe thai n'est pas seulement un sport d'hommes. Avec mes filles, les mouvements sont mieux traités parce qu'elles prennent le temps d'assimiler et de pousser plus loin le perfectionnement de leur technique. Alors que mes gars préfèrent se taper dessus".

La boxe thaï en pratique

Nous voilà donc partis pour 2h d'entraînement, sur fond de musique hip hop dans la bonne humeur. Et, comme le prof s'adapte également aux différents niveaux des participants, la débutante que je suis n'a pas été mise KO.

Avant la pratique, place à quelques échauffements. Durant une bonne demi-heure, on va alterner exercices de cardio (la position de repos du boxeur, c'est le sautillement sur place, donc il faut de sacrés poumons pour tenir le rythme pendant deux heures), sauts, abdos mais aussi différentes positions de gainage et quelques assouplissements.

Après ces quelques exercices, nous rentrons dans le vif du sujet : la mise en application. Tour à tour en position d'attaquant ou de défenseur, on va apprendre les positions de base, en garde et différents coups de poing et de pieds mais aussi à comment entraver les coups, entre autres. Puis, à enchaîner le tout. Mais la plus grande et sûrement la plus importante leçon qu'Azziz nous apprend est que chaque coup prit indépendamment doit être efficace.

Durant les entraînements de boxe thaï, les combats se font avec un attaquant et un défenseur
2 photos
Lancer le diaporama

Pour les plus craintives : non, vous n'en ressortirez pas défigurée. L'ensemble des cours se base sur le respect de l'adversaire. Alors bien sûr, il se peut que vous en ressortiez avec quelque bleus, mais cela est rare et seulement lors de combats avec des débutants qui ne savent pas ou peu calibrer leurs coups.

Et après ?

Le bilan : totalement positif. La pratique de la boxe thaï m'a permis de m'ouvrir les yeux sur ce que j'étais réellement capable de faire. Que l'on soit sportive aguerrie ou non, on peut toujours repousser ses limites. Outre l'aspect physique, la boxe thaï repose principalement sur le mental car elle nécessite une grosse dose de travail et de persévérance. On acquiert une véritable discipline.

Il faut avouer qu'en une seule séance, il s'avère un peu difficile de ressortir en ayant tous les acquis. Mais, cela vaut quand même le détour : 2h sont suffisantes pour se défouler. Et, même si vous ne ressortez pas de votre entraînement avec des abdos en béton - la régularité est la clé de toute chose - on se sent légère et pleine de confiance en soi. En tout cas, de mon côté, la décision est prise : je reviendrai.

Vous souhaitez vous initier à la boxe thaï ? On vous conseille les cours au gymnase Auguste Delaune, à Levallois Perret. Les entraînements se déroulent le lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 20h30 à 22h30.

Gymnase Auguste Delaune
32 Rue d'Alsace
92300 Levallois-Perret
01 47 37 57 41