Tree Change Dolls, le super projet qui recycle et démaquille les poupées

Le projet "Tree Change Dolls" recycle les poupées préférées de vos enfants.
Le projet "Tree Change Dolls" recycle les poupées préférées de vos enfants.
Recycler ses poupées et les relooker, au lieu de les jeter n'importe où et n'importe comment ? C'est là le but du projet solidaire et féministe Tree Change Dolls. Une initiative pleine de sens que l'on ne peut qu'applaudir.
A lire aussi

Tree Change Dolls, qu'est-ce que c'est ? Pas une nouvelle gamme de Barbie, non, mais une initiative aussi solidaire qu'écolo. A travers ce projet, la créatrice australienne Sonia Singh récupère des jouets anciens afin de leur donner une seconde vie. "J'encourage les autres à recycler", se réjouit la quadragénaire sur la page Instagram de Tree Change Dolls. Idéal pour celles et ceux qui désirent se débarrasser - intelligemment - de leurs jouets.

Et le projet cartonne en cette ère d'éco-responsabilité. En plus de sa page Insta suivie par plus de 40 000 followers fidèles, Sonia Singh déploie Tree Change Dolls sur le site de vente en ligne Etsy avec tout autant de succès. Là-bas, près de 850 internautes témoignent déjà des qualités d'une telle initiative. Car non contente de faire dans la récup', l'instigatrice remodèle.

Autrement dit, Sonia Singh customise les vieilles poupées qu'elle réunit. Elle s'occupe de les démaquiller avec application, effaçant le visage originel pour en façonner un nouveau, plus naturel. Ce faisant, elle lutte contre "l'hypersexualisation" des jouets, comme l'observe le site écolo L'info durable. De plus, elle reverse 10% de ses ventes de poupées à une organisation à but non-lucratif de son choix. Classe d'un bout à l'autre, donc.

Un projet écolo et féministe

"Ces poupées ressemblent enfin à ce qu'elles devraient être, elles ont l'air d'être elles-mêmes", s'amuse John, le compagnon de la bricoleuse (et scientifique de formation). Des poupées #freemakeup ? Et pourquoi pas. En s'occupant de leur maquillage depuis cinq ans déjà, mais aussi en leur créant des pieds à la place de leurs talons aiguilles, l'Australienne désire faire passer un léger message sur l'objectification du corps des femmes et la normalisation des stéréotypes sexistes, qui bien souvent passent par les jouets de nos enfants.

Ce n'est pas tout. Sonia Singh souhaite également inspirer nos chères petites têtes blondes. Et notamment les inciter à s'impliquer dans la fabrication de leurs propres jouets. De quoi assurer un retour de hype du "fait-maison". D'autant plus que chez Tree Change Dolls, tout est fait main : quand les poupées sont rhabillées, elles le sont avec des créations faites dans son atelier. C'est dire si, au lieu d'être jetée, la poupée en question bénéficie de mille autres vies.

Ces relooking éthiques détonnent. On peut les scruter au gré des portfolios partagés par l'artiste sur ses réseaux : les avant/après se passent de longs discours. Et sont salués par des dizaines de centaines de likes.