L'amour au travail ? 44% des Français ne diraient pas non

L'amour au travail ? 44% des Français ne diraient pas non
L'amour au travail ? 44% des Français ne diraient pas non
Les salariés ont beau connaître par coeur l'adage "no zob in job", cela n'empêche pas certains salariés d'envisager une relation amoureuse avec un de leur collègue de travail. Selon une étude réalisée par l'institut OpinionWay pour Monster, la moitié des hommes interrogés ne diraient pas non à une love-story dans l'open space.
A lire aussi
Apprendre à dire non au bureau
Mag
Apprendre à dire non au bureau

Entre les déjeuners de travail qui s'éternisent et les afterworks jusqu'à pas d'heure, sans parler des oeillades lancées à la machine à café, le bureau serait-il devenu un nouveau lieu de rencontres amoureuses pour les salariés ?


Oui et non, si l'on en croit une nouvelle étude réalisée par l'institut OpinionWay pour le site d'offres d'emploi Monster. Car si 56% des répondants estiment que travail et relations amoureuses ne font pas bon ménage, près d'un salarié sur cinq serait prêt à entretenir une romance au bureau si celle-ci était gardée secrète.


13% des salariés ont déjà connu l'amour au travail

D'après les résultats de l'étude, ce sont surtout les hommes (55%) qui sont favorables à l'idée d'entretenir une relation amoureuse au travail. Plus prudentes, les femmes sont, elles, 68% à ériger la distinction vie pro-vie amoureuse au rang de règle d'or.


Au point de ne jamais franchir la ligne jaune ? Pas vraiment, puisqu'hommes et femmes confondus, ne sont que 13% à concéder avoir déjà entretenu une relation amoureuse avec un(e) collègue.


Ils sont aussi 13% à ne pas dire non à l'amour au bureau. En revanche, ne pas dévoiler son amour au grand jour est indispensable pour 18% des salariés.


Ce sont surtout les jeunes qui sont ouverts à l'idée de mélanger travail et sentiments : 57% des 18-29 ans ne sont pas contre entretenir une relation "sextraprofessionnelle". Ils ne sont cependant que 8% à avouer avoir déjà franchi le pas. À l'inverse, les 40-49 ans sont 62% à refuser de craquer pour un(e) collègue... à moins de garder leur relation secrète (14%).


"Le lieu de travail est un lieu de socialisation où l'on passe une partie importante de sa vie. Il est donc normal qu'un nombre non négligeable de salariés français y envisage plus que de simples relations professionnelles", explique le responsable éditorial de Monster.fr Karl Rigal.


"Attention cependant, même si l'employeur ne peut pas interdire une relation entre ses employés de manière contractuelle, ni même au sein du règlement intérieur, il est plus que conseillé de rester discret afin de ne pas perturber l'organisation et l'ambiance de travail. Il serait regrettable de faire face à des suspicions de favoritisme ou autres ragots. Par ailleurs, en cas de rupture, si l'un souffre trop de voir l'autre tous les jours au bureau cela peut être l'occasion pour lui de chercher une nouvelle opportunité professionnelle."