Le boom de la "bi-attitude" chez les Françaises

La vie d'Adèle
La vie d'Adèle
Une enquête sur l'attirance sexuelle entre femmes a fait l'objet d'un récent sondage Ifop. Et d'après les résultats, la bisexualité semble de plus en plus marquée, notamment chez les jeunes filles.
A lire aussi

"La Vie d'Adèle", "Black Swan", "Vicky Cristina Barcelona", "Mulholland Drive", "Sex Crimes". La bisexualité au cinéma est de moins en moins tabou. Le reflet d'une véritable évolution sociétale ? Cela se pourrait bien. En effet, l'institut de sondages Ifop a lancé une vaste enquête pour Référence Sexe afin d'évaluer la proportion de Françaises ayant déjà fantasmé, dragué, embrassé ou fait l'amour avec une autre femme.

Pour les besoins de cette étude qui s'est déroulée du 14 au 17 décembre 2016, les chercheurs ont fait appel à un échantillon représentatif de 2 000 personnes âgée de 18 ans et plus.

La croissance de la "bi-attitude"

D'après le rapport de l'Ifop, "une fille sur quatre âgée de moins de 25 ans - contre à peine 10% des garçons du même âge - déclare avoir déjà été attirée sexuellement par une autre femme, soit une proportion qui a triplé en l'espace de dix ans : 24% en 2016, contre 18% en 2013 et 7% en 2006".

Et il n'y a pas que la jeune génération qui ait un penchant pour la bisexualité. "Les femmes dans leur ensemble sont aussi de plus en plus nombreuses à avoir déjà été attirées par une femme : 18% en 2016, contre 11% en 2009 et 6% en 2006".

Pourcentage de femmes ayant couché avec une autre femme depuis les années 70
Pourcentage de femmes ayant couché avec une autre femme depuis les années 70

1 Française sur 10 a couché avec une autre femme

Si en matière d'expérience sexuelle, l'homosexualité reste très minoritaire, elle progresse tout de même depuis un demi-siècle passant de 2% en 1970 à 10 % de nos jours.

Et, selon les conclusions de l'institut de sondage, "l'essor des comportements homo ou bisexuels est loin d'être un phénomène franco-français. Une grande enquête réalisée récemment aux Etats-Unis présente des évolutions de même ampleur : la proportion de femmes ayant eu des relations sexuelles avec des partenaires des deux sexes ayant plus que doublé entre 1990 (3,6%) et 2014 (8,7%)".

Cette étude a également permis de souligner l'idée selon laquelle attirance, pratiques et identité bisexuelles restent fortement dissociées. En effet, alors que 10 % des Françaises ont déjà couché avec une autre femme et 18% avouent avoir déjà été attirées par une autre femme, seules 3% se déclarent "bisexuelles" et 1,5% "lesbiennes".

Pourcentage à travers le monde
Pourcentage à travers le monde

Le "smack" entre filles, un geste très répandu

Près de la moitié des jeunes filles de moins de 25 ans (45%) et 21% de la totalité des Françaises interrogées pratiquent le "girls kissing" (s'échanger un baiser entre filles), sans pour autant nécessairement se considérer comme homosexuelle. Le bisou entre nanas a été largement démocratisé via le célèbre baiser échangé par Madonna et Britney Spears, lors de la cérémonie des MTV Music Awards 2003. Toutefois, selon l'étude Ifop, il semble que cela soit moins dû à une réelle attirance physique que pour attirer l'attention d'un garçon qu'elle convoite ou simplement pour se faire remarquer.

Evolution de l'attirance homosexuelle des jeunes filles au fil des ans
Evolution de l'attirance homosexuelle des jeunes filles au fil des ans

Selon François KRAUS, directeur du pôle Politique / Actualité à l'Ifop, "cette plus grande affirmation de tendances homo ou bisexuelles dans la gent féminine traduit une évolution des normes sexuelles en vigueur" découlant aussi "d'un changement des représentations, des prescriptions et des discours publics dans les différents médias prescripteurs des scénarios culturels en matière de sexualité". Et le chercheur de l'Ifop de conclure : "Cette évolution des Françaises en la matière reflète une plus grande acceptation sociale de l'homosexualité féminine dans sa forme factuelle - le rapport sexuel avec une personne du même sexe - plus que dans sa forme identitaire : l'affirmation d'une identité homo ou bisexuelle restant encore marginale dans la population féminine."