Les robes Hervé Léger ne "sont faites ni pour les femmes voluptueuses ni pour les lesbiennes"

Une robe bandage du défilé Hervé Léger automne hiver 2015-2016.
Une robe bandage du défilé Hervé Léger automne hiver 2015-2016.
Dans une interview au "Daily Mail", le patron de la marque Hervé Léger a fait des déclarations des plus scandaleuses. Selon lui, son modèle phare, la robe bandage, s'est bien trop démocratisé et les femmes rondes, lesbiennes ou âgées ne devraient la porter.
A lire aussi
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour les femmes
News essentielles
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour...

Il y a dans la mode des pièces cultes. Les robes "bandage" de la marque Hervé Léger, fabriquées en bandes de stretch, en font parties. Remises au goût du jours avec la tendance "beauty conscious" et prisées par les stars, elles font rêver de nombreuses femmes prêtes à dépenser plus de 1 000€ pour une de ces créations. Oui mais voilà, pour Patrick Couderc, patron de la marque en Grande Bretagne, tout le monde ne devrait pouvoir porter ses robes, notamment les "femmes volupteuses", "les lesbiennes" et les femmes plus âgées.

La minceur comme seul critère

Si vous avez "des hanches proéminentes et une poitrine plate", passez votre chemin , explique Patrick Couderc dans son interview au Daily Mail. Une déclaration qui a fait bondir. Sur Twitter, de nombreuses personnes, notamment la comédienne Margaret Cho, ont hurlé au "body shaming" envers les femmes avec des rondeurs, qui se voient déconseiller par le chef d'une grande marque de porter des vêtements près du corps.

Ce nouveau scandale ne fait que renforcer les critiques envers l'industrie de la mode, déjà lourdement montrée du doigt pour le culte de la maigreur qu'elle érige comme modèle de beauté. En 2013, c'était la marque Abercrombie & Fitch qui faisait scandale en ne vendant pas de taille au dessus du 38 car "les grosses" ne devaient pas porter leurs vêtements. La représentation de la femme dans la mode ne montre pas la diversité, et de plus en plus d'activistes, à l'image d'Emma Watson, s'insurgent.

Il n'épargne aucun cliché

Mais Patrick Couderc ne s'arrête pas là et livre, dans la suite de l'interview, des déclarations toujours plus choquantes. Sans épargner le moindre cliché, l'homme d'affaire explique que les lesbiennes ne sont pas clientes de la marque : "Si vous êtes une lesbienne dévouée et que vous avez porté des pantalons toute votre vie, vous n'acheterez pas une robe Léger. Les lesbiennes préféreront être plus masculines et plus confortables."

Quant aux femmes âgées, pareil. Car même si elles ont un ventre totalement plat, "ce que vous ne remarquez pas c'est que votre décolleté est cinq centimètres trop bas car vous avez 55 ans et que vous ne devez pas tout dévoiler comme lorsque vous avez 23 ans".

Si le patron se dit excédé que d'autres marques (notamment moins chères) produisent des créations similaires à celles Hervé Léger, il est fort probable que suite à ces déclarations, de nombreuses femmes préfèrent aller faire leur shopping ailleurs ...

Mise à jour 18 août : Suite à ces propos choquants, la marque a publié un communiqué afin d'annoncer la démission de Patrick Couderc et a tenu à préciser que ses commentaires "ne représentent pas du tout la philosophie de la marque, qui célèbre la sensualité, le glamour et la féminité sans discrimination".