Les thighbrows : doit-on s'inquiéter de cette nouvelle obsession beauté ?

En l'espace de 48h seulement, une nouvelle obsession beauté s'est emparée des réseaux sociaux. Son nom ? Les thighbrows. Pour comprendre en quoi cela consiste, rendez-vous sur les comptes Instagram de Beyoncé et des soeurs Kardashian–Jenner.
A lire aussi

Si 2013 était l'année du thigh gap et 2015 celle des fesses, 2016 pourrait bien être celle d'une toute nouvelle lubie beauté plutôt curieuse : les thighbrows. Cette expression que l'on peut littéralement traduire par "sourcils de cuisses" désigne le pli de peau qui se forme entre le haut des cuisses et des hanches lorsqu'on s'agenouille et que l'on pose les fesses sur les talons. Vues de face, ces pliures ressembleraient à des sourcils que l'on pourrait accentuer encore plus en relevant légèrement le postérieur et en cambrant le dos. Si cette nouvelle tendance beauté est plutôt insolite, elle a néanmoins un très bon côté : elle ne préconise pas de s'affamer ou de s'épuiser à la salle de sports. Les thighbrows sont en effet des lignes naturelles qui apparaissent chez la plupart des femmes – qu'elles soient pulpeuses ou menues, qu'elles fassent une taille 36 ou 42.

Les stars à l'origine de cette obsession beauté

Si l'on doit l'apparition du malheureux thigh gap aux blogueuses et autres fashionistas, les thighbrows sont nés sur les comptes Instagram de stars comme Beyoncé, Nicki Minaj, Amber Rose, et surtout les soeurs Kardashian et Jenner. Ces dernières ont ainsi passé leur été à poster des photos de leurs corps bronzés, leurs thighbrows accentués par des maillots de bain très échancrés semblant tout droit sortis des eighties. Mais si Khloé Kardashian et compagnie sont à l'origine de cette obsession beauté, aucune d'entre elles n'ont utilisé le mot. Le hashtag est apparu du jour au lendemain sur les réseaux sociaux avant d'avoir le droit à son propre article sur ELLE US. Depuis, les thighbrows sont partout.

Une tendance saine seulement en apparence ?

Apparemment inoffensifs, les thighbrows sont pourtant déjà décriés. Certains voient ainsi dans ces petits plis de peau une nouvelle dérive de l'injonction à la beauté. Pour être au top en 2016, il ne suffira plus d'avoir des fesses rebondies et une taille extra-fine, il faudra également que nos cuisses et nos hanches se touchent de façon sexy. Qui plus est, si les thighbrows sont célébrés parce que naturels, celles qui postent des photos de leurs corps sur Instagram affichent pour la plupart des mensurations de rêve – ou inatteignables – c'est au choix.

Une journaliste du site américain Hello Giggles estime également que ce n'est pas une coïncidence si toutes ces tendances beauté qui nous inondent ne concernent que les femmes. Elle met ainsi en garde : "Le paradigme de la 'partie du corps cool' peut mener très rapidement à l'objectivation. Quelqu'un sort un terme nouveau et drôle, les réseaux sociaux se l'approprient et d'un seul coup, nous parlons d'une partie du corps de la femme comme si elle n'était pas attachée à un corps humain. Je ne dis pas que les gens utilisent ce mot de façon délibérément néfaste, mais trouver toujours plus de nouveaux mots pour qualifier le corps d'une femme peut être risqué".

Que les thighbrows soient dangereux ou pas, une chose est certaine, il va falloir attendre presque un an avant de ressortir les bikinis : soit assez de temps pour que le buzz ne s'essouffle et soit remplacé par une nouvelle tendance encore plus extravagante (ou encore plus débile, c'est comme vous voulez).