"Vous m'avez abîmée" : Sand Von Roy réagit après le non-lieu en faveur de Luc Besson, accusé de viol

En 2018, Sand Van Roy avait porté plainte pour viol contre le réalisateur Luc Besson. Cette plainte a finalement abouti à un non-lieu de la cour d'appel de Paris ce mardi 24 mai. Un scandale pour la comédienne.
À lire aussi

En 2018, l'actrice Sand Van Roy avait porté plainte pour viol contre Luc Besson. Cette plainte a finalement abouti à un non-lieu confirmé par la cour d'appel de Paris ce mardi 24 mai. "Ne portez pas plainte. Surtout pas le jour des faits. Surtout pas contre Luc Besson. Ça y est. J'ai compris", s'est indignée l'actrice sur ses réseaux sociaux.

Parmi les faits présumés d'agression sexuelle et de viol relatés par la plaignante, des rapports sexuels violents allant jusqu'à causer des saignements. L'espace d'une publication Twitter, Sand Van Roy est revenue sur les détails de cette affaire. Notamment, le classement sans suite auquel avait déjà fait l'objet sa première plainte.

"J'ai récupéré les photos prises de mes blessures le jour des faits directement à l'hôpital judiciaire. Nous avons présenté les expertises devant la Chambre d'instruction quand on a contesté le non-lieu. Non-lieu tout de même confirmé", déplore encore la plaignante à travers sa publication, abondamment relayée.

"Vous vous en foutez des preuves physiques et des expertises. Vous vous en foutez de tout élément à charge contre l'agresseur. Vous m'avez humiliée, diffamée, abîmée à vie", fustige encore la comédienne.

"Je ne crois plus en la justice"

Dans son message diffusé sur Twitter, Sand Van Roy accuse notamment une juge d'instruction indépendante d'avoir refusé d'ajouter les photos de ses blessures au dossier ("une ecchymose à l'oeil, des lésions dans le dos, une lésion anale récente", écrit-elle), et une autre magistrate de lui avoir "barré la route".

"Les expertises sont tout simplement inexistantes dans l'arrêt. Vous avez réussi à détruire tout ce que j'aime. J'arrête mes études de droit car je ne crois plus en la justice", s'indigne encore la plaignante.

L'actrice était notamment revenue en détails sur les faits présumés dans l'exigeante enquête de la journaliste de Médiapart Marine Turchi, Faute de preuves, dédié au traitement des révélations #MeToo par la justice française.

"Je regrette d'avoir porté plainte en France, parce que ce pays ne protège pas les victimes des gens connus. Si c'était à refaire je ne porterais pas plainte en France. Pas dans un pays qui m'a maltraitée. Cette plainte a complètement brisé ma vie", affirmait encore l'actrice dans l'émission Complément d'enquête.

"La cour a confirmé l'innocence de mon client", a déclaré Me Thierry Marembert, l'avocat de Luc Besson. "Une dizaine d'initiatives procédurales de Mme Van Roy se sont toutes conclues de la même manière. Luc Besson regrette ces quatre années perdues."

De son côté, l'avocat de Sand Van Roy, maître Francis Szpiner, a annoncé se pourvoir en cassation. "Dès le départ, M. Besson a bénéficié d'un préjugé favorable. Nous avons toujours dit que cette enquête était bâclée, qu'elle était à charge, donc je ne suis pas étonné de cette décision", a-t-il expliqué. "Si la Cour de cassation ne le fait pas, la cour européenne aura à trancher, nous ne lâcherons pas. Mais ça illustre en tout cas la manière dont celles qui se plaignent en France de viol sont traitées par la justice", a dénoncé Francis Szpiner.