Nicolas Hulot, PPDA et leur sordide "système de points"

Nicolas Hulot, PPDA et leur sordide "système à points"
Nicolas Hulot, PPDA et leur sordide "système à points"
Selon des informations du magazine "Paris Match", Nicolas Hulot et Patrick Poivre d'Arvor, tous deux au coeur d'accusations d'agressions sexuelles, auraient mis en place un système de points dédié aux femmes qu'il croisaient.
A lire aussi

23 témoignages, 8 plaintes, dont trois pour viols et quatre pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel, voilà tout ce dont fait l'objet le journaliste Patrick Poivre d'Arvor. L'ancien présentateur et ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot fait lui aussi l'objet de nombreux témoignages accablants. Dans le numéro de l'émission Envoyé Spécial diffusé le 25 novembre, cinq femmes accusaient la personnalité écologiste de viol et d'agressions sexuelles.

L'édition du magazine Paris Match datée du 2 décembre révèle la relation particulière entre les deux personnalités médiatiques. Selon les voix de certaines plaignantes de PPDA, ce dernier aurait mis en place en compagnie d'un "ex-présentateur vedette de TF1, lui-même très insistant avec les femmes" un curieux système de points visant précisément... les femmes, justement.

"L'ami de PPDA dont il est question, c'est Nicolas Hulot", auraient affirmé plusieurs sources à Mariana Grépinet et Anne Jouan, co-autrices de l'enquête de Paris Match.

Un système de points indécent

Nicolas Hulot et Patrick Poivre d'Arvor se connaîtraient très bien et entretiendraient même une "amitié particulière", dixit la revue. D'après Paris Match, ils auraient mis en place ce système de notation "pour chaque femme conquise dans le public, tant pour une serveuse, tant pour une hôtesse de l'air", développe l'enquête du magazine.

"Nicolas Hulot et Patrick Poivre d'Arvor ciblaient dans le public des femmes à conquérir et les notaient", affirme encore le magazine.

Fin novembre, la journaliste d'Envoyé spécial Élise Lucet a annoncé sur BFM TV que d'autres femmes victimes de Nicolas Hulot pourraient témoigner prochainement. Un appel à libérer la parole directement soutenu par la ministre Elisabeth Moreno.

Dans l'actu