Paris sans gluten : les 6 restaurants préférés d'une foodie noglu

Victoire mange sans gluten depuis 10 ans, mais elle est surtout une foodie pur jus (et chroniqueuse pour le très respecté guide gastronomique Le Fooding). Du coup, ses repaires "noglu" préférés n'ont rien de cantines boring où l'on mange tristement des bols de lentilles. Voyez plutôt.
A lire aussi
Après une demi-heure passée avec Victoire, même une franco-italienne accro aux penne et à la baguette a envie de tester le sans gluten. Avec elle le "noglu" n'a rien d'ennuyeux. C'est juste un mode de vie qui lui a permis de faire une croix sur les maux de ventre, les coups de barre de 14h30 et autres sensations de gueule de bois après avoir avalé une pizza. En la quittant, on a carrément envie de faire son pain soi-même et même de manger des tartines d'avocat au petit-déjeuner (son pouvoir de persuasion est immense).


Étonnamment, les adresses qu'elle nous a suggérées ne sont pas du tout estampillés "noglu", ce sont des restaurants où elle trouve des plats dénué de la protéine problématique mais où ses compagnons de table peuvent taper dans le plein-de-gluten. De quoi manger à sa faim sans perdre toute vie sociale (son copain n'est pas particulièrement adepte de la bière au quinoa).

Dersou, 21 rue Saint Nicolas, IIe

Dersou est un fabuleux restaurant caché dans une contre-allée du Faubourg Saint Antoine, et tenu par deux personnalités complémentaires : Taku, chef japonais passé par Saturne et le Clown Bar, et Amaury, mixologiste et ancien du Prescription Cocktail Club et du Sherry Butt. Au déjeuner (15€ en moyenne), plein de petits plats pour la plupart sans gluten, comme des nouilles soba (farine de sarrasin, donc noglu), et le soir, un accord mets et cocktails démentiel.

Miznon, 22 Rue des Ecouffes, IVe

À première vue, c'est un restaurant carrément gluten-full. Mais ce n'est pas parce qu'on ne peut pas dévorer de délicieuses pitas pleines d'agneau, coriandre, et toutes sortes de délices israéliens que l'on ne peut pas passer la porte du fabuleux Miznon. Il suffit de choisir plusieurs accompagnements, passer commande en donnant son prénom et voir le charmant serveur parcourir la salle quelques minutes plus tard en criant " Victoire ! ", un chou-fleur à la main. Car les délices gluten-free de Miznon sont divers et variés : chou-fleur tout juste blanchi et rôti avec un filet d'huile d'olive et fleur de sel, patate douce en robe des champs, choux de Bruxelles avec une sauce menthe-cerfeuil...

Breizh Café, 111 rue Vieille du Temple, IIIe

De quoi se régaler sans crainte avec des galettes de blé noir (attention à l'amalgame : blé = gluten, blé noir = sarrasin = noglu), préparées à la japonaise dans la crêperie la plus élégante de Paris. Et en dessert, pendant que les autres avaleront des crêpes de froment, on se régale avec des galettes de sarrasin en version sucrée !

Soul Kitchen, 33 rue Lamarck, XVIIIe

Un petit havre de paix à Lamarck Caulaincourt, tenu par trois jeunes femmes passées par des palaces. Le genre d'endroit dont on aimerait être voisin, pour y débarquer à l'improviste dès qu'on a la flemme de cuisiner. Là-bas, toutes les patisseries ont une option gluten-free, et leurs plats du jour aussi !

PNY, 50 rue du Faubourg Saint-Denis, Xe

Comment ça, un burger noglu ? Avant, manger sans gluten était synonyme d'exil lorsqu'il s'agissait de soirées burgers entre potes. Mais ça, c'était avant. Rudy et l'équipe de PNY sont en train de réaliser une collaboration avec François Simon (le fameux critique culinaire masqué), Rachel's (du restaurant éponyme) et Ed Banger (que l'on ne présente plus) : un burger sans gluten, en édition limitée... mais on espère que l'édition ne sera pas si limitée que ça !

Clamato, 80 rue de Charonne, XIe

Dans l'autre restaurant de Bertrand Grébaut, on sert de divines petites assiettes faites de poisson ou crustacés. Il y a toujours plein de choix, donc pas de problème pour les gluten-free... du moment qu'on ne dévore pas leur délicieux pain avec du beurre salé ! Avis aux groupies du chef-star de Septime : Bertrand Grébaut sera d'ailleurs présent le 6 juin au "Grand Fooding S. Pellegrino", une fête dantesque pour célébrer les 15 ans du Fooding.