La disparition de la joueuse de tennis Peng Shuai inquiète les féministes

Les féministes dénoncent la disparition de la joueuse de tennis Peng Shuai
Les féministes dénoncent la disparition de la joueuse de tennis Peng Shuai
En Chine, les militantes féministes alertent sur la disparition de la joueuse de tennis Peng Shuai, qui avait accusé l'ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli de viol.
A lire aussi

#WhereIsPengShuai. Comprendre : où est Peng Shuai ? Voilà le mot-clé et questionnement que valorisent sur les réseaux sociaux (entre autres) les associations féministes en Chine. L'ancienne numéro 1 mondiale en double, la joueuse chinoise Peng Shuai, 35 ans, n'a plus donné signe de vie depuis qu'elle a dévoilé sur les réseaux sociaux avoir été violée par l'ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli il y a trois ans. Cette accusation date du 2 novembre. Depuis, plus de nouvelles.

Alors que l'Association des joueuses de tennis (WTA) appelle le gouvernement chinois à enquêter, les militantes du mouvement FreeChineseFeminist ont décidé d'alerter l'opinion publique en projetant sur les murs des grandes villes chinoises des messages de soutien, comme le rapporte RFI. Parmi eux, on peut lire : "Peng Shuai, on est avec toi !".

Une disparition mystérieuse

"Au travers de ces projections, nous voulons lui apporter notre soutien, nous ne voulons surtout pas que Peng Shuai soit effacée de la mémoire collective. Aujourd'hui, le monde du tennis parle de sa sécurité, il y a eu un communiqué de la WTA demandant une enquête transparente, mais même cela est censuré en Chine. Il très difficile et risqué de se mobiliser. Tout est censuré", a déclaré l'une des porte-paroles du mouvement.

Alors que les associations féministes ont exprimé à RFI "qu'il était dangereux pour elles" de s'exprimer sur la disparition de Peng Shuai, les publications relatives au sujet ont déjà été censurées sur les réseaux sociaux nationaux. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a expliqué "qu'il n'avait pas entendu parler de cette affaire" et que celle-ci "ne concernait pas la diplomatie".

"Ne restons pas silencieux" a réagi de son côté la tenniswoman française Alizé Cornet. L'ex-championne américaine Chris Evert a tweeté de son côté : "Oui, ces accusations sont très inquiétantes. Je connais Peng depuis qu'elle a 14 ans, nous devrions tous être inquiets, c'est grave, où est-elle ? Est-elle en sécurité ? Toute information serait appréciée."

L'ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli, au coeur des accusations de la joueuse, n'a pour sa part jamais réagi publiquement.