Pourquoi la fausse échographie de cette écrivaine fait le buzz

Une jeune américaine a posté une échographie ne lui appartenant pas pour faire passer un message.
2 photos
Lancer le diaporama
Emily Bingham a reçu des centaines de réactions positives après avoir posté une fausse échographie pour faire passer un message important : arrêtez de vous mêler de la vie privée des femmes et de leurs plans concernant leur utérus.
A lire aussi

Aujourd'hui, si vous ouvrez Facebook et que vous tombez nez à nez avec un post contenant une échographie, il y a de grandes chances que votre cerveau en tire la conclusion suivante : quelqu'un vient d'annoncer sa grossesse à ses contacts.

C'est probablement ce qu'ont cru les amis d'Emily Bingham, une auteure freelance basée dans le Michigan, lorsqu'ils ont vu apparaître une grosse échographie sous son nom. Mais ce n'était qu'un prétexte pour attirer l'attention de ses contacts sur un problème récurrent la concernant, elle et des millions d'autres femmes à travers le monde : le fait que tout le monde se préoccupe sans cesse de leurs plans concernant leur utérus, sans la moindre once de pudeur.

Le texte d'Emily accompagnant l'échographie.
Le texte d'Emily accompagnant l'échographie.

Elle écrit :

"Salut tout le monde ! Maintenant que j'ai votre attention avec cette PHOTO D'ECHOGRAPHIE PRISE AU PIF sur Google Images, ceci est un message visant à rappeler que les plans de reproduction et de procréation des gens ne sont pas vos oignons. PAS VOS OIGNONS.

Avant de demander à ce jeune couple marié ensemble depuis ce qui vous semble être une éternité s'ils ont l'intention de fonder une famille bientôt... Avant de demander aux parents d'un enfant unique quand ils prévoient de lui faire un petit frère ou une petite soeur... Avant de demander à un-e trentenaire célibataire si/quand il ou elle prévoit d'avoir des enfants parce que, tu sais, l'horloge tourne... Arrêtez. S'il vous plaît, arrêtez-vous.

Vous ne savez pas qui a des soucis d'infertilité, qui fait le deuil d'une fausse couche, ou qui a des problèmes de santé. Vous ne savez pas qui a des problèmes dans sa relation, ou qui fait face à beaucoup de stress dans sa vie, ou pour qui le timing n'est pas encore bon. Vous ne savez pas qui hésite entre faire des enfants ou non. Vous ne savez pas qui a décidé que là, maintenant, ça n'était pas le bon moment pour eux - et que ça ne le serait peut-être jamais. Vous ne savez pas à qui votre question qui semble innocente peut infliger stress, douleur, chagrin ou frustration.

Bien sûr, il y a des gens à qui ces questions ne font rien de tout ça, mais je peux vous dire que d'après ma propre expérience et les expériences de mes amis, il y a de grandes chances pour que ce soit le cas.

Tout ça pour dire : que vous ayez envie d'être grand-parent ou que vous soyez un(e) ami(e) ou un membre de la famille bien intentionné ou un(e) voisin(e) curieux(se), ça ne vous regarde absolument pas. Demandez-leur ce qui les rend heureux maintenant. Demandez-leur de vous raconter le meilleur moment de leur journée. Si une personne souhaite vous informer de ses plans concernant la conception ou non d'enfants, elle le fera. Si vous êtes curieux-se, contentez-vous d'écouter et d'attendre qu'elle le fasse d'elle-même, quand elle sera prête."

Un discours sensé et rafraîchissant qui vient tempérer l'obsession constante que notre société semble avoir pour la procréation et tout ce qui entoure ce phénomène. Cela rappelle également la superbe séance photo d'un couple lassé de devoir répondre à ces questions concernant leurs plans pour l'avenir.

Il est bon de voir cette vision des choses s'étendre à grands coups de posts viraux dans ce goût-là, pour tenter de changer un peu la vision unilatérale imposée par notre société et nous forcer à remettre en question des choses qui nous paraissent naturelles et évidentes mais qui gagneraient à être modifiées.