Quand les bikeuses prennent le pouvoir (et le guidon)

Longtemps considéré comme un loisir 100% viril, la moto s'ouvre peu à peu aux femmes. Aux États-Unis, des femmes amatrices de grosses cylindrées n'hésitent pas à se rassembler pour parcourir le pays et promouvoir l'égalité entre les sexes.
A lire aussi
7 moments forts où les femmes ont pris le pouvoir à Cannes
News essentielles
7 moments forts où les femmes ont pris le pouvoir à Cannes

Dans l'imaginaire collectif, la moto est longtemps restée une activité de "vrais mecs", ceux qui prennent pour modèles Peter Fonda et Dennis Hopper dans Easy Rider ou Marlon Brando dans L'Équipée sauvage, et n'ont pas peur de mettre les mains dans le cambouis pour réparer leur bolide. Gravitant autour des motards sans jamais vraiment faire partie du club, les femmes devaient pour leur part se contenter des seconds rôles, celui de compagnes portant même parfois sur leur veste en cuir un patch où était indiqué de quel biker elles étaient la "propriété".


Malgré ses réticences à l'idée de laisser une place de choix aux femmes, le monde des bikers s'ouvre pourtant progressivement aux amatrices de grosses cylindrées. Sous l'impulsion de passionnées qui n'avaient pas envie de se contenter d'être assises à la place du passager, plusieurs clubs féminins de moto ont ouvert leurs portes ces dernières années aux États-Unis. Leur objectif ? Fédérer les femmes autour du plaisir de rouler, se trouver des compagnonnes de route et surtout promouvoir l'égalité entre les sexes dans un milieu qui reste malgré tout très macho.

Des membres du club The MissFires, à Brooklyn
Des membres du club The MissFires, à Brooklyn

Des amazones des temps modernes

C'est le cas du club de bikeuses The Litas. Créé en décembre dernier à Salt Lake City, en Utah, par un "groupe de jeunes femmes qui partagent leur amour pour la route et les bolides à deux roues", ce club de motos 100% féminin contribue à donner une image sexy et glamour des bikeuses. Ici, pas de grosses barbes ni de vestes en cuir clouées, mais des amazones des temps modernes filant les cheveux au vent sur les routes du grand ouest.


"The Litas est avant tout un réseau de filles qui partagent une passion pour la moto. Je ne veux pas nous identifier comme un club ou un gang", affirme la co-fondatrice de The Litas Jessica Haggett . Ouvert aussi bien aux motardes débutantes qu'expérimentées, The Litas est avant tout un moyen de fédérer des femmes autour d'idéaux communs : l'aventure, l'amitié et la liberté que procure la route.


"Toute jeune femme habitant l'Utah et sachant conduire une moto peut nous rejoindre sans être invitée, même si elle ne veut pas devenir membre de The Litas. Nous avons commencé en décembre et [le club] a déjà tellement grandi ! C'est excitant de penser à l'avenir. Nous comptons déjà plus de 35 membres."

Des participantes à la Highway Runaways Ride
Des participantes à la Highway Runaways Ride

Les bikeuses gagnent peu à peu leur place

D'abord créé pour le plaisir de conduire et l'envie de se rassembler, The Litas roule aussi pour une meilleure représentation des femmes dans l'univers des bikers. Avec d'autres clubs féminins de moto – The MissFires à Brooklyn ou encore The Scarlet Hearders dans le Colorado – The Litas oeuvre pour insuffler les valeurs féminines et féministes dans ce milieu très masculin. "Je pense que nous allons assister à l'avènement des femmes puissantes, affirme au Guardian Lanakila 'Lana' MacNaughton, membre du club The Litas. Pour nous, il s'agit surtout de monter qu'on peut conduire la moto et non se contenter d'être à l'arrière, être des femmes fortes et pas seulement des potiches en arrière-plan."


Pour autant, la communauté de The Litas n'a pas pour ambition d'être le porte-étendard de la cause de femmes. Ni activistes, ni militantes, ses membres souhaitent avant tout partager et transmettre leur passion pour la moto. "Rouler permet de représenter les aspirations des femmes dans la société actuelle... C'est sûrement un clin d'oeil au féminisme même si, au départ, il s'agissait surtout d'échanger avec une communauté de bikeuses", explique Lana MacNaughton.


Il n'empêche que lorsqu'elles chevauchent toutes ensemble leur moto, les membres de The Litas produisent leur petit effet. "Quand ils voient dix filles roulant dans la rue ensemble, les gens se retournent sur notre passage, prennent des photos et d'autres choses", se réjouit Jessica Haggett.


Loin d'être prises de haut par les bikers, les membres de The Litas trouvent peu à peu leur place dans le monde très fermé de la moto. En juillet dernier, Lana MacNaughton et quatre autres femmes ont été triées sur le volet pour participer à la Highway Runaways Ride, une grande boucle de 9 000 miles (environ 14 000 km) à travers le pays, qui relie Brooklyn à San Francisco. Sponsorisé par Harley Davidson, cet événement est un hommage à Avis et sa fille Effie Hotchkiss, les premières femmes à avoir traversé les "States" à moto en 1915.


Le dernier rendez-vous des bikeuses du monde entier a eu lieu ce dimanche 16 août, à l'Ace Cafe de Londres. 618 femmes motocyclistes étaient présentes pour tenter de battre le record du nombre de bikeuses réunies à un seul endroit. "Nous appelons toutes les femmes motocyclistes à participer à ce record du monde du plus grand nombre de bikeuses. Toutes les femmes sont les bienvenues, peu importe quelle est leur bécane", insistait début août l'organisatrice Sherrie Woolf . Le précédent record avait été établi l'an dernier, quand 221 femmes australiennes avaient été réunies par le club MotorBikeWriter pour une chevauchée sur 190 motos.