Reni Eddo-Lodge devient la première Britannique noire en tête des ventes de livres

L'autrice Reni Eddo-Lodge, acclamée au Royaume-Uni.
L'autrice Reni Eddo-Lodge, acclamée au Royaume-Uni.
"Le racisme est un problème de blancs". Derrière le titre provoc' de cet essai, une réflexion essentielle et percutante sur les discriminations systémiques. Un livre qui cartonne : son autrice Reni Eddo-Lodge vient de devenir la première Britannique noire en tête des ventes.
A lire aussi

"Je suis ravie d'avoir battu les records !". Autrice et essayiste, Reni Eddo-Lodge vient d'entrer dans l'Histoire à seulement trente ans : elle est devenue la première autrice noire à se hisser en tête des ventes au sein du paysage éditorial britannique. Il faut dire que son opus, Le racisme est un problème de blancs, est non seulement une étude sans concessions du privilège blanc, mais aussi un véritable succès critique. A (re)lire alors que les consciences s'éveillent un peu plus aux problématiques qu'implique le racisme systémique.

"Mon travail repose sur les épaules de tant de géants de la littérature britannique noire : Bernadine Evaristo, Benjamin Zephaniah, Zadie Smith, Andrea Levy, Stella Dadzie, Stuart Hall, Linton K Johnson, Jackie Kay, Gary Younge - pour n'en nommer que quelques-uns", a développé l'écrivaine sur ses réseaux sociaux.

L'occasion de mettre en lumière auprès de ses 116 000 followers des noms réputés, entre sociologie qui a fait date (les travaux de Stuart Hall), romanesque multiprimé (l'autrice et dramaturge écossaise Jackie Kay) et artistes multitalents (le musicien et poète Linton Kwesi Johnson, natif de Jamaïque).

Le contexte actuel a incité bien des lectrices et lecteurs à explorer, trois ans après sa sortie dans les librairies, son implacable étude des discriminations structurelles. Et c'est tant mieux.

Une autrice acclamée

"Le racisme est un problème de blancs", déjà un classique ?
"Le racisme est un problème de blancs", déjà un classique ?

C'est le palmarès Nielsen des 50 livres les plus vendus qui est venu honorer l'autrice et journaliste trentenaire - un classement qui existe depuis dix-neuf ans, et au sein duquel Reni Eddo-Lodge a donc hérité de la première place. Une victoire abondamment saluée sur Twitter, où la nouvelle a récolté des dizaines de milliers de like. Au gré des félicitations se côtoient l'acteur britannique David Harewood (Homeland, Supergirl), la membre du Parlement britannique et du Parti travailliste Diane Abbott, mais aussi l'écrivaine écoféministe Melissa Harrison.

"Quand des Blancs feuillettent un magazine, surfent sur Internet ou zappent à la télévision, il ne leur semble jamais étrange de voir des gens qui leur ressemblent en position d'autorité", tacle Reni Eddo-Lodge dans Le racisme est un privilège de blancs - traduit chez nous aux éditions Autrement. Le succès public de son essai est une belle réponse à cette omniprésence culturelle marquée au Royaume-Uni - comme en France d'ailleurs.

Par-delà cette tête de classement, l'essayiste féministe peut se targuer d'avoir été sacrée de bien des manières au fil de sa carrière, de la reconnaissance médiatique du magazine Elle (qui voit en elle l'une des cent femmes les plus empouvoirantes) aux prix universitaires, comme celui que lui remettra en 2019 l'Université d'Exeter, au Sud Ouest de l'Angleterre. Une médaille méritée pour un travail "extrêmement documenté", s'enthousiasme Le Monde.

Il y a deux ans de cela, Reni Eddo-Lodge revenait longuement sur son militantisme affirmé et la genèse de ses recherches, mais aussi sur leur réception polémique, au micro de Lauren Bastide. On écoute, on lit, et on applaudit.