Société
RFI en deuil et en colère après la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon
Publié le 3 novembre 2013 à 16:52
Par Romain Pomian-Bonnemaison
La rédaction de RFI était ce dimanche 3 novembre en deuil après la mort de deux de ses journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon. La radio au logo rouge, barré d’un ruban adhésif noir en signe de deuil, a reçu une déferlante de message de soutien de la part de ses auditeurs. Mais aussi du monde de la presse.
RFI en deuil et en colère après la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon RFI en deuil et en colère après la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon© @maliactu via Twitter
La suite après la publicité

Sur la vitrine des locaux de la chaîne RFI, à Issy-les-Moulineaux ce matin, on pouvait voir la photo des deux journalistes enlevés et abattus la veille, à plus de 3000 kilomètres de là, à Kidal, alors qu’ils étaient en reportage. Dans le hall de la chaîne, les visages fermés, parfois au bord des larmes, des salariés - journalistes ou non - et un ruban adhésif noir, apposé sur le logo de la chaîne, en signe de deuil.

La chaîne de radio a publié les réactions de l’équipe dirigeante de la chaîne, mais aussi celle des journalistes, employés, techniciens, correspondants, reporters. Pour la directrice du groupe France Media Monde, Marie-Christine Saragosse: « On a peut-être tendance ici à penser que la liberté d'informer, c'est un acquis. Nous, nous savons, sur le terrain, que dans bien des endroits, c'est une conquête et qu'elle est parfois en train de régresser ».

Un jour sombre pour l’ensemble des journalistes

À lire les commentaires des journalistes, on comprend que Ghislaine Dupont et Claude Verlon étaient des journalistes extrêmement expérimentés, et consciencieux. « Un des meilleurs exemples que nous ayons eus à RFI », écrit Olivier Rogez, journaliste au service Afrique. Beaucoup les connaissaient, voire étaient des amis. À l’atterrement, s’ajoute la « colère », terme qui revient souvent au fil des commentaires.

Car l’enjeu sous-jacent, est celui de la nécessité d’informer, en allant au plus près du sujet décrit par les journalistes. Et l’on comprend dès lors que la nouvelle du décès de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, n’est pas seulement une nouvelle extrêmement douloureuse pour le groupe RFI, elle l’est aussi pour l’ensemble de la profession.

Ce que Christophe Deloire, directeur de Reporters sans frontières, résume d’ailleurs très bien dans son commentaire: « Cet assassinat est non seulement un acte criminel mais un acte terroriste, destiné à intimider les regards extérieurs ».

Mots clés
Société Monde afrique
Sur le même thème
Comment vivre après une relation toxique et violente ? Adeline Toniutti témoigne play_circle
Santé
Comment vivre après une relation toxique et violente ? Adeline Toniutti témoigne
5 avril 2024
Après avoir taclé #MeToo, Woody Allen pourrait arrêter le cinéma play_circle
Culture
Après avoir taclé #MeToo, Woody Allen pourrait arrêter le cinéma
10 avril 2024
Les articles similaires
Violences conjugales : pourquoi "l'affaire Kendji" est bien plus qu'un fait divers "people" play_circle
Société
Violences conjugales : pourquoi "l'affaire Kendji" est bien plus qu'un fait divers "people"
26 avril 2024
"Beurette" : un terme abject employé, au calme, pour désigner Rachida Dati play_circle
Société
"Beurette" : un terme abject employé, au calme, pour désigner Rachida Dati
8 février 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news