"Infirmière", "médecin" : pour 64% des hommes, les métiers sont sexués

Femme travaillant à l'hôpital
Femme travaillant à l'hôpital
On pensait que les mentalités avaient suffisament évolué ces dernières années, et pourtant, plus de la moitié des français pensent encore que les professions ont un sexe. Dur dur de déboulonner les stéréotypes de genre.
A lire aussi

Dans bien des professions, le sexisme règne. Des pompières aux avocates, des éboueures aux cheffes cuisinières, la liste est longue si ce n'est infinie. Mais par-delà les remarques misogynes banalisées et les inégalités salariales, c'est un sexisme plus intériorisé qu'il convient de déboulonner. La preuve ? Selon une étude réalisée par le groupe Oui Care (entreprise de services à domicile) auprès d'un échantillon représentatif de 1002 personnes, 64% des hommes et 51% des femmes en France pensent que les métiers sont "sexués". En somme, qu'une profession peut être féminine ou masculine, mais pas les deux.

"Les métiers ont-ils (encore) un sexe ?", s'interroge Oui Care. Et il faut croire que oui. Un constat sévère alors que bien des voix se libèrent pour dénoncer les abus et discriminations. A en lire ce sondage détaillé, 40% des hommes de 18 à 29 ans estiment par exemple que le métier de chef d'entreprise est masculin. Et 68%, que la profession de garde d'enfant est essentiellement féminine. Mais aussi, que si 72 % des hommes entre 18 et 29 ans croient en la mixité du métier de médecin, ils sont 49 % - de cette tranche d'âge - à penser qu'être "infirmière" ne concerne que les femmes. Les femmes elles-même sont 43 % à le croire.

Et oui, la route est encore longue...

Casser les codes

Mais ce n'est pas tout. Seuls 48 % des hommes interrogés pensent que "policier" peut être un métier mixte. Et que 44% des femmes âgées de 18 à 29 ans assurent que les professions "seront toujours sexuées", sans que l'on puisse y faire grand chose. Parmi les plus gros préjugés et sans grande surprise, s'immisce le point de vue porté sur les aides ménagères : 58 % des hommes sont encore persuadés que ces métiers sont avant tout féminins. Il y a de quoi être fataliste, même quand l'on sait, par exemple, que 62 % des femmes ne sont pas le moins du monde choquées à la vue de consoeurs policières ou pensent, à 89 %, que "médecin" est un métier mixte.

Malgré le fracas des "OK boomer", les nouvelles générations ne semblent donc pas si progressistes. Une évidence selon Oui Care, qui nous affirme qu'à l'inverse, les seniors seraient bien plus ouverts à la mixité. Et pour cause. Seuls 43% des hommes seniors sont persuadés que "policier" est une profession exclusivement pensée pour les mecs bien virils. Mais surtout, 70% des hommes et femmes de plus de 60 ans sont persuadés que "les lignes vont bouger" dans les années à venir. Un peu d'espoir, que diable. Même s'il semble toujours compliqué de dégommer les préjugés.

"Bah faudrait p't'être casser les codes ?", chantonne Angèle ("Balance ton quoi"). Et c'est justement pour cela que se bat le fonds de solidarité Oui Care à travers la série de portraits "Le sexe de mon job", réalisés par le photographe Olivier Faure. Un photoshoot focalisé sur des anonymes singuliers et inspirants, faisant fi des clichés bien sexistes et faisandés. On découvre Vincent le fleuriste. Ou Caroline l'informaticienne. Mais aussi Ana, policière, ou encore Cindy, conductrice de travaux. Des gros plans nécessaires pour bousculer les préjugés et ramener un brin de modernité dans une société qui gagnerait à être un brin moins réac.