Une pompière se fait licencier pour avoir été "trop provocante" sur Instagram

Le compte Instagram de Presley Pritchard.
Le compte Instagram de Presley Pritchard.
Elle ne faisait que tenir un compte Instagram consacré à l'une de ses grandes passions - le fitness. Mais pour avoir été jugée "trop provocante" sur ses réseaux sociaux, une pompière américaine a été (purement et simplement) licenciée. Affligeant.
A lire aussi

Presley Pritchard vit dans le Colorado, où elle exerce un métier qui lui tient à coeur : pompière. En parallèle de cette vie mouvementée, elle tient également un compte Instagram suivi par des dizaines de milliers de followers. Du côté de @presleykp.fit, l'internaute ravit donc ses 142 000 fans à grands coups de vidéos athlétiques et de postures badass. Un peu trop d'ailleurs, si l'on en croit son patron. Car son assurance déplaît fortement à son employeur. Si bien que ce dernier l'a finalement renvoyée. Motif ? Ses photos seraient trop "provocatrices"...

Un flagrant délit de sexisme, à en croire la principale concernée. Et surtout, un sérieux cas de licenciement abusif. Car dans quelle mesure son attitude de sportive, qui porte des débardeurs et des leggings, serait-elle antinomique à sa profession ? La jeune américaine de 27 ans se pose sérieusement la question. Et c'est pour cela qu'elle a décidé de porter plainte à l'encontre de son ancien employeur. Et compte bien éclaircir les choses.

Un sexisme affligeant

L'un des motifs de ce licenciement ? Avoir posté sur son compte Instagram des photos de sa personne en posture fitness, mais dans son uniforme de pompière. Une attitude jugée déplacée par son ancien employeur. Or, assure-t-elle aujourd'hui au magazine Vice, Pritchard demandait (et obtenait) régulièrement l'autorisation de poster de tels clichés, après en avoir informé ses supérieurs. Elle aurait même flouté le logo de son uniforme à plusieurs reprises, après demande des responsables de sa caserne - le Evergreen Fire District. Mais il faut croire que le "contenu offensant" varie selon les sexes.

Certains collègues de Presley Pritchard, détaille cette dernière, n'hésitent effectivement pas à poster des photos d'eux en uniforme, torses-nus. Des clichés qui ne provoquent pas la moindre réprimande. A l'inverse, alors qu'elle était encore pompière, son département aurait exigé d'elle qu'elle délaisse ses oripeaux pour le pantalon d'un uniforme masculin. Comprendre, des vêtements qui ne mettraient pas trop en valeur ses formes....

"Suis-je censée laisser mes fesses à la maison ?", s'offusque-t-elle en retour du côté du média américain. Une punchline qui fait rire jaune.

Car désormais, Pritchard souhaite libérer la parole, et n'hésite pas à dénoncer l'hypocrisie d'un milieu, qui se pare d'une fantasmagorie très marketing ("Ces calendriers des pompiers sexy") uniquement destinée à servir l'intérêt des hommes. Face aux remarques discriminatoires que l'employée a pu subir, les soutiens furent effectivement rares. En partie car la vingtenaire était l'une des seules femmes de sa caserne.

"Je ne savais pas à quel point le [sexisme] était courant parce que je n'avais personne à qui parler quand je traversais toutes ces épreuves", poursuit-elle. Quelques mois après son licenciement (en août dernier), la sportive n'hésite donc pas à tacler les failles d'une procédure qu'elle juge absurde (son patron aurait exigé d'elle qu'elle supprime ses photos fitness "alors qu'une politique standard des médias sociaux n'a jamais été communiquée au personnel", précise son avocat), mais aussi tout un système de discriminations indissociables de cette profession.

"Je reçois chaque jour des messages de filles qui me disent : 'Je suis harcelée au quotidien', tous mes collègues disent qu'ils ne pensent pas que je peux faire correctement mon travail, ils se moquent toujours de moi, me font des remarques sur l'apparence de mes fesses dans mon uniforme", relate-t-elle en ce sens à Vice. Au magazine, elle l'affirme encore haut et fort : "J'ai la peau dure". Il en faut plus pour la faire taire. Des médias aux réseaux sociaux, Presley Pritchard ne cesse de faire entendre son indignation.

"Ce message s'adresse à toutes les femmes qui font leur travail jour après jour. Vous a-t-on déjà demandé pourquoi vous portez du maquillage en uniforme ? Ou pourquoi vous vous brossez les cheveux ? Vous a-t-on dit que vous étiez trop 'virile', 'trop ​​maigre', 'trop ​​petite' ou 'trop provocatrice' à cause de vos courbes ? Si vous êtes une femme dans ce milieu, vous serez ridiculisée. On va se moquer de vous, on va mal vous parler, vous juger", déplore-t-elle encore sur Instagram. Avant de conclure, de façon salutaire : "Mais ne ce cédez pas. Ne vous découragez pas. Ne jetez pas l'éponge. Continuez de briller, d'inspirer et de faire la différence". Des mots qui boostent comme une bonne séance de fitness.