Lifestyle
Tatouées, délivrées : quand les femmes se réapproprient leur corps grâce à l'encre
Publié le 3 septembre 2015 à 15:28
Par Olga Volfson
Non, le tatouage n'est pas un art comme les autres et surtout, il est loin de n'être que décoratif, en particulier sur le corps des femmes. Aujourd'hui, les tattoos semblent être devenus une véritable marque de possession de son propre corps, teintés de philosophie body positive, implicite ou affirmée. Décryptage d'un phénomène haut en couleurs.
Mon corps, mes choix, mes tatouages ! Mon corps, mes choix, mes tatouages !© Getty Images
La suite après la publicité
Fière de posséder un utérus. © Pinterest
Toujours aussi belle. © Pinterest
Se battre "comme une fille". © Pinterest
Aimez-vous ! © Pinterest
En voilà une sublime sirène plus size ! © Pinterest
Ma vie, mes règles ! © Pinterest
Libérée, délivrée. © Pinterest
Un magnifique cover up de cicatrices post mastectomie. © Tumblr
Au poil ! © Tumblr
Et une seconde "fat mermaid" pour la route. © Tumblr
Moi, moi et moi ! © Tumblr
Stop aux diktats ! © Wordpress

"Tandis que durant les dernières décennies, les tatouages ont majoritairement été des manifestation d'anticonformisme, ils sont désormais revendiqués comme des expressions d'individualité", explique Margot Mifflin, professeure d'anglais et de journalisme à l'université de New York (auteure de "A Secret History of Women and Tattoo") au web magazine américain Mic.

Selon les chiffres d'une étude américaine datant de 2012, les femmes se feraient à présent plus tatouer que les hommes (23% de femmes tatouées contre 19% d'hommes). Ces chiffres nous apprennent deux choses : les tatouages se démocratisent, et surtout ils ne sont plus l'apanage exclusif de la gent masculine. En effet, cet art a longtemps été considéré comme marginal et "viril", à tel point que les premières "tattooed ladies" devinrent des stars de foires aux monstres (freak shows) au début du siècle dernier, bien plus populaires que leurs collègues de genre masculin...

Se faire tatouer pour transgresser les stéréotypes de genre

Les masculinistes, se proclamant "men's rights activists", insultent copieusement les femmes tatouées (demandez à Google si vous avez l'estomac bien accroché, nous refusons de faire de la publicité à ces violents propos misogynes !). Selon eux, elles perdent ainsi toute "féminité" en "abusant de leurs droits". Ce simple exemple -et choix de terminologie- suffit pour nous faire prendre conscience du fort potentiel d'empowerment du dermographe et de son caractère "dérangeant", lorsqu'il pique la peau d'une femme.

L'encre permettrait à cette dernière de réclamer la propriété de son corps, en dépit des attentes de la société à son égard (injonction à "la douceur", à la "pureté" et autres salades). Ce n'est pas pour rien que les plus grands top-models du moment passent sous l'aiguille malgré la frilosité des maisons de couture. Voilà de quoi donner l'envie de se faire tatouer un motif rebelle à la plus sobre, la plus douillette des féministes !

Un rite initiatique badass pour se réapproprier son corps

Boxer tattoo#tattoo #tatouage #tatouageoldschool #oldschooltattoo #boxer #boxeur #boxeuse #boxingchick #femaleboxer #tatouageretro

Une photo publie par Mawie Martinet (@mademoiselle_hirondelle) le

Se faire tatouer, c'est à la fois un rite de passage et un message hautement symbolique. Ainsi, beaucoup de femmes choisissent des motifs ou des phrases affirmant leur force, la faisant passer de l'intérieur vers l'extérieur, aux yeux de tous, par cet acte de modification corporelle. La douleur causée par l'aiguille n'est pas anodine dans ce rituel, marquant l'étape entre l'avant et l'après : on est fière de l'avoir surmontée, que ce soit en grimaçant, ou en restant stoïque.

Nombreuses sont celles qui font désormais écho à des épreuves ou à une maladie parmi leur collection de tattoos. Ainsi, la toile se gonfle chaque jour un peu plus de messages épidermiques sur la difficulté de la dépression (ou de vivre avec un vitiligo), ou encore sur la victoire face à une leucémie, une tumeur, des métastases. Les femmes ayant été opérées du cancer du sein optent d'ailleurs de plus en plus pour des fresques tatouées sur leurs cicatrices au lieu d'une chirurgie reconstructrice.

Afficher sa propre définition de la beauté

Lorsque l'on interroge les personnes tatouées, comme on peut le voir sur le site The Tatoorialist (qui sort en ce moment même son second livre) ou autres médias spécialisés, la réponse qui revient le plus souvent est que c'est une manière de "contrôler" l'apparence de son corps, de l'apprivoiser. On assiste donc depuis quelques années, à l'émergence de tatouages "body positive", pour aller au bout de cette démarche vis-à-vis du corps.

Les femmes (et quelques hommes aussi) se font à présent tatouer des messages militants anti-grossophobes ou anti-validistes, en accord avec leurs expériences, pour envoyer un message d'amour à leur corps. Le tout, en faisant un pied de nez à la société patriarcale qui se plaît tant à régir l'apparence physique féminine. Le tatouage est une arme body positive comme nulle autre. La révolution des corps est en marche, cela ne fait plus aucun doute.

Mon corps, mes tattoos. © Giphy
Mots clés
Lifestyle Beauté tendance Société News essentielles
Sur le même thème
Après "Jusqu'à la garde", ce thriller traumatisant est à ne pas louper play_circle
Culture
Après "Jusqu'à la garde", ce thriller traumatisant est à ne pas louper
21 février 2024
Cinéma : 3 super portraits de femmes à voir gratuitement en streaming ce weekend play_circle
Culture
Cinéma : 3 super portraits de femmes à voir gratuitement en streaming ce weekend
29 mars 2024
Les articles similaires
Violences conjugales : pourquoi "l'affaire Kendji" est bien plus qu'un fait divers "people" play_circle
Société
Violences conjugales : pourquoi "l'affaire Kendji" est bien plus qu'un fait divers "people"
26 avril 2024
"Maigrissime !" : Joyce Jonathan dit tout sur le fléau de l'anorexie play_circle
Société
"Maigrissime !" : Joyce Jonathan dit tout sur le fléau de l'anorexie
18 janvier 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news