Un livre féministe pour enfants censuré pour "pornographie" en Turquie

Histoires du soir pour filles rebelles
Histoires du soir pour filles rebelles
Ne dites surtout pas aux petites filles qu'elles sont capables de grandes choses, cela pourrait s'avérer dangereux. Les autorités turques ont décidé de censurer l'ouvrage "Histoires du soir pour filles rebelles" des autrices italiennes Elena Favilli et Francesca Cavallo. Un recueil de portraits de femmes inspirantes rédigé à la façon d'un conte de fées.
A lire aussi

Les femmes sont encore bien souvent les grandes oubliées de l'Histoire. C'est de cet affligeant constat que sont parties les autrices italiennes Elena Favilli et de Francesca Cavallo pour écrire leur livre Histoires du soir pour filles rebelles. Le concept ? Dresser le portrait de 100 femmes inspirantes venues du monde entier à la façon d'un conte de fées. Des femmes célèbres, à l'instar de Frida Kahlo, Marie Curie ou bien Coco Chanel, mais aussi des anonymes, comme la jeune Coy Mathis, fillette transgenre américaine qui s'était vue refuser l'accès aux toilettes des filles de son école.

Une initiative inspirante dont l'objectif est de rappeler aux petites filles qu'elles aussi sont capables de grandes choses. Et ce, preuve à l'appui. Un message féministe en faveur de l'égalité des genres que les autorités turques n'ont pas vu d'un bon oeil.

Frida Khalo dans l'ouvrage Histoires du soir pour filles rebelles
Frida Khalo dans l'ouvrage Histoires du soir pour filles rebelles

Des portraits de femmes inspirantes associés à de la pornographie

En Turquie, Histoires du soir pour filles rebelles a en effet alerté les autorités. Dans une décision rendue publique la semaine passée, le Conseil turc en charge de la protection des mineurs des publications obscènes a déclaré que "certains des passages du livre auraient une mauvaise influence sur les esprits des personnes de moins de 18 ans", rapporte l'AFP.

Conséquence ? L'ouvrage, désormais associé à de la pornographie, devra être dissimulé dans les librairies et ne pourra être vendu qu'à un public majeur. Une façon d'empêcher les fillettes de profiter de l'expérience de leurs aînées pour espérer elles aussi faire un jour de grandes choses.

Francesca Cavallo, co-autrice du livre, a rapidement réagi à cette annonce. Selon elle, la décision de la Turquie n'a rien d'anodin et prouve l'impact qu'un ouvrage comme le sien peut avoir sur les mentalités. Car comme elle l'explique à l'AFP, "Quand un gouvernement a peur d'un livre pour enfants qui promeut l'égalité, cela signifie que promouvoir ces idées dans la littérature jeunesse peut avoir et a un impact".

Un avis partagé par Murat Celikkan de l'Association des droits de l'homme à Istanbul, interviewé par l'AFP : "Trouver dangereux que des femmes aient surmonté les obstacles d'un monde (dominé par les hommes, ndlr) traduit l'état d'esprit des dirigeants en Turquie". Il ajoute : "Maintenant, je m'inquiète beaucoup plus de l'avenir de ma fille de cinq ans dans ce pays".

Un livre déjà censuré en Russie

Traduit dans 46 langues, Histoires du soir pour filles rebelles s'est rapidement hissé dans le top des meilleures ventes de plusieurs pays, dont l'Italie et l'Angleterre. Avant la Turquie, l'ouvrage s'était déjà heurté à la censure en Russie, où l'histoire de la fillette transgenre Coy Mathis avait tout bonnement été retirée de l'ouvrage, en raison des lois particulièrement agressives du pays envers les communautés LGBTQ.

Remontée mais loin d'être abattue par la censure de la Turquie, Francesca Cavallo ajoute : "Cela me motive encore plus pour continuer à me battre tous les jours." Elle rappelle, à juste titre, que "les filles méritent de grandir entourées par plus de modèles féminins. Elles méritent de grandir avec l'idée qu'elles peuvent être ce qu'elles veulent". Un message à répéter, encore et encore.