Frédéric Haziza (LCP) cible de violentes attaques de l'extrême droite

Frédéric Haziza (LCP) cible de violentes attaques de l'extrême droite
Frédéric Haziza (LCP) cible de violentes attaques de l'extrême droite
Le journaliste Frédéric Haziza est visé par une pétition d’un illustre inconnu qui exige son exclusion de la Chaîne parlementaire. Partagée sur Twitter par Serge Ayoub, cette attaque gratuite et nauséabonde a déjà recueillie plus de 1 400 signatures. Face au déferlement de propos antisémites provoqué par le tweet de ce militant d’extrême droite sur le réseau social, les élus du PS comme de l’UMP, une fois n’est pas coutume, défendent en chœur le journaliste.
A lire aussi


Peut-on lancer des pétitions pour tout et n’importe quoi, sur fond de haine et d'antisémitisme ? La réponse est oui, comme le prouve celle mise en ligne sur la plateforme Change.org, à l’encontre de Frédéric Haziza qui officie sur La chaîne Parlementaire (LCP). Le jugeant « terne, sans talent et laborieux », soupçonnant qu’il ait « très certainement été recruté grâce à des appuis », un certain Damien exige « l’expulsion » de ce journaliste qu’il juge « communautarisé » et qui est, selon lui, « manifestement venu sur le service public pour chercher un complément de salaire, et ce aux frais des contribuables ». L’auteur de la pétition reproche notamment au journaliste de travailler « sur LCP, et puis aussi… à Radio J – radio de la communauté juive » mais aussi, pêle-mêle, « son incompétence, son tribalisme, sa totale partialité et ses multiples provocations contre ceux qui ne sont pas d’accord avec lui sur le plateau de son émission sur LCP ainsi que sur Twitter ».

Des accusations nombreuses mais dont ce « Damien », n’est pas véritablement le père. Ce dernier s’est en effet contenté de recopié un billet de blog hébergé sur 20Minutes.fr et paru en février dernier, dans lequel l’auteur dénonce les « cumulards » du Paf. Quoi qu’il en soit, adressée à Gérard Leclerc, le président de LCP, cette pétition a réuni plus de 1 400 signatures.

Mais ces doléances seraient certainement passées inaperçues sans ce tweet de Serge Ayoub, le fondateur du groupe d’extrême droite Troisième Voie (dissous en début de mois, ndlr), au terme d’un échange musclé avec Frédéric Haziza sur le site de microblogging.

Un post qui, à lui seul, a suffi à déclencher une pluie de propos antisémites


Face à ce déferlement, une fois n’est pas coutume, les élus de droite comme de gauche soutiennent en chœur le journaliste injustement attaqué, à l’image d’Harlem Désir, le premier secrétaire du Parti socialiste, de la candidate socialiste à la mairie de Paris Anne Hidalgo, ou encore du député UMP Sébastien Huyghe.

VOIR AUSSI

Twitter plébiscité par 77 % des leaders mondiaux
Rokhaya Diallo porte plainte après un appel au viol sur Twitter
Site web de Carla Bruni : une pétition est créée, elle répond aux attaques

Dans l'actu